Louis XV, dit le bien-aimé et le régent.

Arrive au pouvoir en 1715,l'arrière petit- fils de Louis XIV, né à Versilles en 1710. C'est dire qu'il n'a que 5 ans et le Duc d'Orléans, l'adulte de la famille royale (il est le petit-fils de Louis XIII) devient régent malgré la tentative de Louis XIV de limiter son pouvoir en lui adjoignant un Conseil de Régence et en confiant l'éducation du jeune Louis XV à l'un de ses fils naturels, le Duc de Maine.
Philippe d'Orléans fait casser le testament de Louis XIV et rétablit les droits du parlement de Paris. la Haute noblesse prend sa revanche en remplaçant les bougeois au gouvernement et en imposant que lui soit résevées les hautes charges de l'armée et de l'Eglise.
L'aristocratie a pris le pouvoir, Louis XIV est bien mort.

Fichier:Régent Rigaud.jpg

Philippe d'Orléans peint par Rigaud en 1689

Sur le plan extérieur le régent combat le roi d'Espagne, Philippe V Le roi Philippe V d'Espagne, petit-fils de Louis XIV, revendique la couronne de France et déclare la guerreau régent Philippe d'Orléans. Louis XV est alors âgé de 9 ans. Le conflit prendra fin en1720. Trois ans plus tard, Louis XV montera officiellement sur le trône de France.

Le royaume souffre de nombreuses calamités pendant cette régence (peste, incendie de Marseilles, effondrement du système de Law - système de l’économiste écossais Law, devenu Contrôleur général des Finances en 1720, qui visait à augmenter la masse monétaire en ayant recours à la création et à la généralisation du papier-monnaie. Cette réforme devait produire une hausse d’activité commerciale ainsi que l’extinction progressive de la dette publique. ...). (On a déjà plié sous la dette !).

Louis XV est sacré roi le 25 Octobre 1722. Le Duc d'Orléans resté principal ministre, meurt quelque temps après, le 2 décembre 1723. Louis XV n'exercera le pouvoir qu'en 1743, à la mort du Cardinal De Fleury, son ancien précepteur. Celui-ci restera premier ministre jusqu'à la fin, c'est-à-dire jusqu'à ses 90 ans.
Sa politique extérieure est marquée par une recherche de la paix et de la stabilité européenne. Entraîné par le roi dans la guerre de succession de Pologne, il la conclut rapidement (Stanislas Leszczynski perdit le trône de Pologne au profit de son rival Auguste III. Il conserva toutefois son titre purement nominal de roi de Pologne. En contrepartie, Louis XV céda à son beau père les duchés de Lorraine et de Bar à titre viager .
Cette paix apporte à terme la Lorraine et le Barrois à la France (lorsque Stanislas mourut, en 1766, ses possessions furent réunies au royaume de France.)
En revanche, il se laisse entraîner par la puissance de l'opinion dans la guerre de succession d'Autriche dont il ne verra pas la fin...

 Fichier:Hyacinthe Rigaud;Cardinal Dubois.jpg

André-Hercule de Fleury par Hyacinthe Rigaud

 Rigaud, de son orthographe catalane « Rigau », est considéré comme l’un des plus célèbres portraitistes français de la période classique.
Rigaud doit sa célébrité à la fidélité de la dynastie des Bourbons, dont il peint les effigies sur quatre générations. Il recrute l'essentiel de sa clientèle parmi les milieux les plus riches, parmi les bourgeois, financiers, nobles, industriels et ministres. Son œuvre livre une galerie de portraits quasi complète des dirigeants du royaume de France entre 1680 et 1740. Une partie de sa production, cependant minoritaire, est néanmoins constituée de personnages plus discrets : proches, amis, artistes ou simples commerçants.

 
Louis XV avait en en effet épousé en 1725 la princesse de Pologne, Marie Leszczinska, son ainée de 7 ans, après qu'il fut fiancé à l'infante d'Espagne évincée car considérée comme trop jeune pour assurer la descendance.
Le roi Louis XV et Marie ont en dix enfants entre 1727 et 1737. seuls  six filles et un garçon ont atteint l'âge adulte.

Jean-Marc Nattier fut le portraitiste officiel de la famille d’Orléans puis de la cour. Il peignit tous les personnages marquants de son temps dont la reine :

Fichier:Marie Leszczyńska, reine de France, lisant la Bible by Jean-Marc Nattier.jpg

La reine lisant la bible peinte par Nattier en 1748

 

Fichier:Louis XV by Maurice-Quentin de La Tour.jpg

Louis XV par Maurice-Quentin de la Tour (1748)

 Seule l'aînée des  (Louise-Elisabeth dite Elisabeth) se mariera, les autres resteront à la cour auprès de leurs mère et de leur frère, le dauphin (les quatre plus jeunes ayant été élevées à l'abbaye de Fontevraud).
Ce dauphin était très proche de sa mère. Souffrant des adultères du roi, il était le centre du parti dévot, groupe de catholiques qui défendait les jésuites et qui condamnait la politique et la vie privée du roi.
Son père ne fut jamais proche de lui bien qu'il l'aimât certainement : Louis XV avait une vie privée immorale qui faisait souffrir la reine et qui ne plaisait pas au Dauphin, ce qui éloigna le père et le fils pendant longtemps.
En 1761, il perd son fils aîné, âgé de 10 ans, ce qui lui cause un immense chagrin mais il ne reporte pas son affection sur son fils suivant le duc de Berry, futur Louis XVImais sur le cadet plus ouvert et spirituel, le comte de Provence, futur Louis XVIII.

 Les favorites de Louis XV

Fichier:François Boucher 019.jpg

Madame de Pompadour peinte par François Boucher (1750)

A partir de 1732, plusieurs favorites jouent un rôle important dans la vie personnelle du roi. Madame de Pompadour réside à Versailles de 1745 jusqu’à sa mort en 1764. Maîtresse puis amie et conseillère du de Louis XV, elle exerce un rôle politique, sans parler de son influence prépondérante dans le domaine des arts. Elle place sous sa protection le peintre François Boucher et soutient nombres d’artistes à l’instar du sculpteur Jean-Baptiste Pigalle. En 1763, Madame de Pompadour convainc Louis XV de commander un nouveau château : le Petit Trianon, futur résidence de la reine Marie-Antoinette.

 

Madame du Bary par  Elisabetgh Vigée_Lebrun (1781)

 

Louis XV

Portrait de Louis XV, Roi de France et de Navarre par Loui-Michel Van Loo (1763)

 

 Quelques années plus tard, après la mort de la marquise en 1768, c’est au tour de Madame du Barri de devenir la favorite du roi. Elle aussi loge à Versailles, dans un appartement riche et spacieux situé au-dessus des cabinets intérieurs du souverain. Elle reste à ses côtés jusqu’à la mort de ce dernier en 1774.
Des pamphlets courent à Paris et ternissent l'image du roi. Celui-ci manque de confiance en lui  et renvoie tour à tour ses ministres, Maurepas, d'Argenson, Choiseul qui déplaisait à Mme du Bary.
 Louis XV, atteint par la petite vérole, détesté de tous, lègue à son petit-fils Louis XVI un royaume affaibli et mécontent, portant les germes de la révolution française et éclairé par le" siècle des lumières.

 Il meurt en en 1774 dans l'indifférence générale à Versailles malgré son goût prononcé pour les sciences et la géographie. Il sera enterré clandestinement à Saint-Denis

Le rayonnement de la France ( du roi solei au siècle de lumières).
Sous le règne de Louis XV, la France jouit d'une situation de premier plan. Elle est le pays le plus peuplé d'Europe avec 26 millions d'âmes. Elle en est aussi le plus prestigieux et le plus puissant, malgré quelques déconvenues dans sa rivalité avec l'Angleterre. Elle possède une flotte remarquable, la Royale, et ses colonies sucrières comme Saint-Domingue rendent jaloux les Anglais.

La langue et la culture de la Cour de Versailles rayonnent de Berlin, en Prusse, à Saint-Pétersbourg, en Russie. C'est le «Siècle des Lumières». Mais dans les salons parisiens où l’on cultive l’art de la conversation, on murmure contre le pouvoir.Un auteur à succès, Voltaire, qui a vécu en Angleterre, exalte les vertus de la jeune démocratie anglaise dans ses Lettres anglaises (1734).

Marché aux esclaves avec disparition d'un buste de voltaire - par Dali en 1940

De grands esprits remettent en cause l’absolutisme au nom de la raison. Le plus célèbre est Montesquieu, auteur de L'Esprit des Lois (1748).



File:François de Voltaire.jpgDenis Diderotalt=Description de cette image, également commentée ci-après


Voltaire par Quentin de La Tour (1752)                  Denis Diderot par Louis-Michel van Loo, 1767


Le 1er juillet 1751, Diderot et d’Alembert publient le premier tome de L’Encyclopédie avec la collaboration de tous les savants de leur temps et sous la protection de la marquise de Pompadour.