Au Grand Palais une exposition retrace la saga de cette fratrie de collectionneurs, les Stein qui a eu une forte influence sur le développement de l'art moderne.

D'origine américaine et quelque peu excentriques, suffisamment argentés  grâce à leur père,  gestionnaire du tramway de San Francisco, la  progéniture Stein s'installe à Paris au début du 20ème siècle, en 1903 : Gertrude, écrivain, avec son frère Léo, rue de Fleurus ; Michael, l'aîné, avec son épouse Sarah, rue Madame.
Léo avait 28 ans et sa sœur Gertrude, 26 en 1900, où ils débutent le siècle avec un voyage en Italie et feront un saut à Paris où se tient l'exposition universelle. Gertrude retournera quelques temps à Baltimore où elle interrompra ses études de médecine avant de déménager en 1903 avec son frère à Paris et avant de devenir écrivain.

Ce seront les premiers acheteurs de Picasso et de Matisse, après avoir acheté Cézanne, Gauguin et Renoir.
Ils accueilleront chez eux toute l'avant-garde artistique. Ils contribueront à imposer une nouvelle norme en matière de goût dans l'art moderne. Leur parrainage a été important pour lancer les artistes. Parmi les quelques 120 œuvres de cette famille de collectionneurs exposées au grand Palais, on compte :
Renoir, Cézanne, Picasso, Matisse, Manguin, Bonnard, Vallotton, Laurençin, Gris, Masson, Picabia, Degas, Manet...

Voir la vidéo de culture Box sur cette fratrie.

  • Tableau de Bonnard de cette époque (début du 20ème) :

La sieste, Pierre Bonnard (1900)

 Ce tableau sera exposé chez Léo st Gertrude Stein.

Un des premiers tableau acheté en 1903 par Léo, que sa soeur Gertrude viendra rejoindre cette même année. Ce fut un tableu de Cézanne, peintre qu'il avait découvert peu avant à Florence, grâce à deux collectionneurs américains.

  • Cézanne :

    Résultat de recherche d'images pour

Paysage avec conduite d'eau, 1887

 

  •  Picasso :

Léo acquiert son 1er Picasso en 1905 :

Family of Acrobats with Monkey - Pablo Picasso"Famille d'acrobates avec singe" de Picasso (1905)

 Gertrude n'aimait pas beaucoup ce tableau, elle trouvait que les persoonnages étaient mal dessinés, surtout les jambes et les pieds, cela n'empêcha pas Léo de faire l'acquisition d'une autre toile de Picasso :

"Jeune fille au panier de fleurs" - Picasso (1905)

Gertrude Stein (1905-1906) par Picasso

La scène (les 90 séances de pose) a lieu à Paris entre 1905 et 1906. Un peintre inconnu fait le portrait d’un modèle inconnu. Elle a trente et un ans, lui vingt quatre. Elle est américaine, lui est Espagnol. Le tableau qui se trouve aujourd’hui au Metropolitan Museum de New York est célèbre.

 

Gertrude Stein décrit ainsi Picasso en action : « Picasso, assis sur le rebord de sa chaise, le nez contre sa toile, tenant à la main une très petite palette couverte d’un gris-brun uniforme auquel il ne cessait d’ajouter du gris-brun, se mit au travail. »

  • Pour Léo Stein le socle fondateur de l'art moderne est constitué de Manet, Degas, Renoir et Cézanne. Ils les appelle "Le big four", les 4 géants de l'art moderne.

Manet incarne cette modernité avant-gardiste.

Manet décrié, insulté, ridiculisé est devenu le chef de file reconnu des « avant-gardistes », et si le peintre a été lié aux acteurs du courant impressionniste, il est à tort considéré aujourd’hui comme l'un de leurs pères, il n'en est qu'un puissant inspirateur autant par ses morceaux de peinture que par ses thèmes de prédilection. Sa manière de peindre soucieuse du réel reste en effet foncièrement différente de celle de Claude Monet ou de Camille Pissarro. Toutefois, certaines de ses œuvres sont proches de l'impressionnisme, c'est le cas de : L'Évasion de Rochefort, Portrait de Claude Monet peignant sur son bateau-atelier à Argenteuil et Une allée dans le jardin de Rueil.

 Portrait de Claude Monet peignant sur son bateau-atelier à Argenteuil par Manet en 1874

Le maître laisse plus de quatre cents toiles et d’innombrables pastels, esquisses et aquarelles qui constituent une œuvre picturale majeure à l'influence certaine sur les artistes de son temps comme le groupe des Batignolles et bien au delà : Manet est en effet reconnu internationalement comme l’un des plus importants précurseurs de la peinture moderne et ses tableaux majeurs sont visibles dans les plus grands musées du monde. C'est en 1907, ironie de l’histoire de la peinture, qu'Olympia « refusée » en 1863, entre, 44 ans après sa création, au Musée du Louvre (il est aujourd'hui au Musée d'Orsay).

La modernité de Manet a été revisitée par les classiques de la renaissance italienne tels Raphaël ou Le Titien qui l'inspireront. Le nu allongé était autorisé à condition de représenter une déesse ou une nymphe.
les peintres modernes ont brisé cette hypocrisie.

Fichier:Edouard Manet 038.jpg

Olympia de Manet (1863)

Fichier:Tizian 102.jpg

Vénus d'urbin du Titien

Léo rassemble un ensemble étonnant autour du thème classique du nu allongé – parmi lesquels le chef d’œuvre de Matisse le Nu bleu, souvenir de Biskra – autant de réminiscences pour Léo du schéma prégnant de la Vénus d’Urbin revisité par l’Olympia de Manet.

 

Matisse le Nu bleu, souvenir de Biskra - 1907

 C'est Gertrude Stein qui présenta Picasso à Matisse en 1906, juste avant le salon des indépendants. "il y avait de l'excitation dans l'air...
Ce fut Matisse qui attira l'attention de Picasso sur l'art nègre juste à l'époque où ce dernier venait de terminer mon portrait ". relève Gertrude Stein en 1933.
Les deux hommes se guettent, s'épient, se vouent une admiration profonde , teintée de jalousie écrit Pierre Daix dans son ouvrage sur Picasso. Ce dernier a découvert avec étonnement l'exposition des fauves au salon d'automne de 1905 où la couleur triomphe.

La Femme au chapeau de Matisse

Derain par matisse (1905)

Le 18 octobre 1905 s'ouvre au Grand Palais, le troisme Salon d'Automne. Le Président de la République, Émile Loubet, refuse de l'inaugurer car la presse l'a averti que le Salon contient des œuvres inacceptables. Elles sont signées André Derain, Henri Charles Manguin, Albert Marquet, Matisse et Maurice de Vlaminck.
Le critique Louis Vauxcelles écrit dans le Gil Blas que c'est « Donatello chez les fauves ». Le terme demeure : la salle VII devient la « cage aux fauves » et les peintres sont adeptes du « fauvisme ».
Les toiles sont alors qualifiées de « bariolages informes ; du bleu, du rouge, du jaune, du vert, des taches de coloration crues juxtaposées au petit bonheur ». La Femme au chapeau de Matisse suscite l'hilarité.
Léo achètera ce tableau qui a fait scandale avec les autres toiles de ses amis, 500 francs.
On les appellera les fauves.
Ses amis avaient pour nom : Marquet, Derain, Van Dongen, Vlaminck...

Peintures fauves de Marquet entre 1910 et 1905, de Collioure et un nu :

 

Le Salon de 1905 s’oriente vers l'originalité.  Les Sociétaires de 1904 plus ou moins conservateurs sont éliminés. Gustave Moreau jouit toujours d’une grande considération. Ses élèves sont prioritaires. Le comité du Salon  se compose de Matisse, Desvallières, Rouault, René Piot, tous anciens élèves de Gustave Moreau.

Le jury du Salon d’Automne  accepte des œuvres dites “expérimentales”. Le classement des oeuvres revient à la charge de Charles Plumet, architecte,  qui sans état-d’âme, fait la même organisation que l’année précédente.

 Dans la grande salle d’apparat, des noms prestigieux: Cézanne, Renoir, Armand Guillaumin, Raffaelli et Redon. dans la salle III, des noms sans surprises : Carrière, Desvallières, les Nabis, Vuillard, Bonnard, Vallotton et Roussel. Les deux salles suivantes sont réservées à deux rétrospectives pour Ingres et Manet. Les salles pour les étrangers sont importantes aussi : Jawlensky, Kandinsky et Czobel.

C’est la salle VII placée par Plumet qui va attirer tous les regards…

A côté de cette salle, il y a les oeuvres du douanier Rousseau et notamment un tableau “Le lion ayant faim”. Les oeuvres se justaposent avec Matisse, Manguin, Derain, Vlaminck, Marquet et Carmoin.

 

  • Picasso en est au rose après le bleu qu'il vient de laisser.

Il a vu "le bonheur de vivre " de Matisse acheté par les Stein et aussi l'exposition individuelle de Matisse chez Druet.Nul doute que c'est par ces nouvelles fréquentations que Picasso commence à intégrer les problématiques cézaniennes à ses propres problèmes.

 

Avec sa première grande composition comportant plusieurs nus féminins, Luxe, calme et volupté, de 1904, avec les toiles qui figurent dans la « cage aux fauves » du Salon d’automne de 1905, notamment le portrait de Mme Matisse dit la Femme au chapeau et, définitivement, fin 1905, début 1906, avec le Bonheur de vivre, Matisse réalise déjà ce qui va constituer, pour l’essentiel, la singularité de son oeuvre. 

Picasso dans son portrait de Gertrude Stein, réduit sa figure  est à des masses simples et le visage ressemble à un masque africain,  reflète sa récente rencontre avec l'Afrique.
C
'était sa vision personnelle, plutôt que la réalité, qui a guidé la fin de son travail.
Ce travail annonce sa période cubiste.
A partir de 1906, Picasso est devenu le grand artiste et le grand ami dans la vie de Gertrude Stein.

Stein était connue comme la "Mère du modernisme» et était elle-même un écrivain important et novateur dans la première moitié du 20e siècle.Le salon qu'elle a créé au 27 rue de Fleurus comprenait de nombreuses sommités du 20e siècle dans la littérature et l'art, dont Picasso, Matisse, Virgil Thomson, Hemingway et d' autres.


Pablo Picasso _ "Garçon à la pipe" - 1905

Picasso avait 24 ans lorsqu'il peignit cette œuvre poétique de la période rose. Au cours de l'année 1905, il abandonna ses personnages hâves, mais pas les personnages en marge de la société comme ce jeune garçon qui venait souvent le voir travailler dans son atelier.

Pablo Picasso - "Les demoiselles d'Avignon - 1907

Cette toile est le souvenir de Picasso, d'une maison close qui s'appelait la Calle Avignon à Barcelone. Il la baptisa d'abord " mon bordel", sujet non conventionnel.
La toile fut d'abord présentait à un groupe d'amis, dont Matisse et Derain...qui eurent une réaction négative. La toile ne fut montrée au public que 10 ans plus tard.
Le scandale qu'elle provoqua n'est pas surprenant. elle fait voir 5 prostituées nues. Certaines ont le visage déformé ou ont des poses provocantes.

Nu à la serviette de Picasso en 1907

Ce tableau de Picasso sert d'affiche à l'exposition de la collection de cette famille, qui a lieu au Grand Palais du 5 octobre 2011 au 15 janvier 2012

Le style géométrique annonçait que le cubisme allait être inventé.
Les demoiselles d'Avignon sont une référence essentielle dans l'art du 20è siècle.

  • Quoi qu'il en soit, comme le soulignent divers historiens de l'art, s'y croisent les influences du Cézanne des Grandes Baigneuses et de la statuaire africaine.

Cézanne,  "les grandes baigneuses" 1900-1906
National Gallery , Londres

Thème récurrent dès les années 1870, Cézanne commença en 1895, il y travailla jusqu'à sa mort en 1906.

Il réalisa plusieurs versions se ce thème :"les grandes baigneuses". Cette toile qui suit est la plus grande. elle est aussi datée de 1906.

File:Paul Cézanne 047.jpg

"Les Grandes Baigneuses, finalement sont les déesses énigmatiques de Cézanne. On ne les a jamais vues. Elles n’ont aucun trait d’identité d’époque, impossible de les identifier par la toilette, le caractère, l’anecdote biographique. Leur visage sans visage n’est marqué d’aucun souci d’être soi. On ne peut pas non plus les réduire à une mythologie connue : Aphrodite, Vénus, Diane, Nymphes." (Ph.Sollers)

 

Pierre-Auguste Renoir, ''Les baigneuses'' - 1918. Les baigneuses est l'un des tableaux les plus connus de Renoir. Pour certains, ce tableau, peint quelques mois avant la mort de l'artiste, est une forme de testament.
(Huile sur toile, 110 x 160 cm)

Pierre-Auguste Renoir, "Les baigneuses" - 1918.
(Huile sur toile, 110 x 160 cm) Musée d’Orsay


Les baigneuses est l'un des tableaux les plus connus de Renoir. Pour certains, ce tableau, peint quelques mois avant la mort de l'artiste, est une forme de testament.

 

  • Juan Gris (José Victoriano Gonzalez dit Juan Gris, quitta Madrid pour Paris en 1906) fréquentait aussi les salons des Stein, fit en 1912 le portait de son compatriote Picasso.

Il s'agit d'un portrait cubiste que le débutant Gris présenta au salon des indépendants de 1912.

Blog de thesecretgarden :thesecretgarden ., Portrait de Picasso par Juan Gris (1912) dans le style cubiste.

 

  • Gertrude Stein peinte par Picabia

Gertrude Stein - Francis PicabiaGertrude Stein - Andy Warhol

Gertrude Stein peinte par Francis Picabia... et peinte par Andy  Warhol

 

 Matisse, Cézanne, Picasso... L’aventure des Stein au Grand Palais, Galeries nationales (5 octobre 2011 – 16 janvier 2012) par Cécile Debray, conservateur, Musée national d'art moderne - Centre Georges Pompidou, Paris :


Exposition Matisse, Cézanne, Picasso... L’aventure des Stein au Grand Palais