Original pour les uns, véritable génie pour les autres, Salvador Dali, grand artiste du XXe siècle était un féru de science. Pour s'en rendre compte, il suffit de regarder de plus près ses œuvres. Mathématiques, génétique ou encore physique quantique… Dali s'en sert comme source d'inspiration.
Dès les années 30, Salvador Dali s'intéresse à l'optique et plus particulièrement aux illusions possibles de créer avec des images


En 1940, il s'emballe pour la cosmologie et la physique quantique.
De cette passion soudaine émergera "Marché aux esclaves avec apparition du buste de Voltaire".
Mais la seconde guerre mondiale met fin à cet engouement et le plonge au cœur de la physique nucléaire.

En 1945, l’explosion atomique d’Hiroshima (bombe lancée par les Américains sur les ennemis japonais) impressionne tellement Salvador Dalí qu'elle ouvre la période nucléaire ou atomique de son oeuvre avec Idylle atomique et uranique mélancolique (1945).

Equilibre intra-atomique d'une plume de cygne
1947
Huile sur toile
77.80 x 96.80 cm.

D'autres oeuvres suivront rapidement:

  • Équilibre intra-atomique d’une plume de cygne (1947) (Voir ci-dessus)
  •  La dématérialisation du nez de Néron (1947) (Voir ci-dessous).
  • Les trois sphinx de Bikini (1947).

 

La Séparation de l'atome, 1947 ; dématérialisation du nez de Néron
huile sur toile ; 76,2*45,8cm ;
Fundacion Gala-Salvador Dali, Figueras.

Les tendances visionnaires de Dali se nourrissent fréquemment d?une confrontation avec la recherche scientifique, dont il révèle toujours la dimension cachée, fantastique. En fragmentant les images de ses tableaux de ces années, il met en évidence « la dématérialisation, qui est l'équivalent, en cette ère atomique, de la gravitation divine. »

Même éclatement de la matiére dans le début de sa période religieuse avec "la madone de Port-Lligat" :

La madone de Port Lligat est le nom de trois tableaux par Salvador Dalí . Le premier a été créé en 1949, c'est celui-ci (ci-dessus).

Le tableau de 1950 avec Gala en vierge.