L’amour transforme les êtres, l’amour fou les transforme follement : il les pousse aux extrêmes de l’incandescence, du sacrifice, de la jalousie, de la souffrance, de l’exil, à leur point de rupture avec la fadeur de la vie ordinaire.
Thème littéraire inépuisable, l’amour fou suffirait à justifier, en plus, l’existence du cinéma. Seule la voyeuse et songeuse caméra pouvait montrer avec autant d’évidence les mille et une métamorphoses des corps et des comportements qu’il provoque, montrer aussi l’ébahissement et souvent la cruauté de la société envers ceux qui aiment trop.
Parce qu’il réveille en chacun un désir d’absolu, le cinéma n’est donc pas étranger à votre envie de déclarer aujourd’hui à qui vous devriez ou ne devriez pas : je t’aime à la folie !

Roméo et Juliette -

C'est sans nul doute le couple d'amoureux le plus connu. Inspiré par une nouvelle italienne, William Shakespeare en a fait l'histoire d'amour impossible par excellence.
Roméo et Juliette se rencontrent et tombent aussitôt follement amoureux. Problème, leurs familles se détestent. Faisant fi des enjeux familiaux qui les enserrent, les adolescents s'aiment en cachette et se marient dans le plus grand secret. Hélas, ils connaissent un funeste destin, se donnant la mort pour ne jamais plus être séparés.


 1er Film, ROMEO+JULIETTE. (1996)
Roméo est joué par Leonardo DiCaprio et Juliette par  Claire Danes.

Tristan et Yseult

- Légende du Moyen Âge, connue par de nombreuses versions, en vers ou en prose, aux XIIe et XIIIe s.
Tristan et Iseult forment le couple légendaire le plus célèbre en Occident. Leur histoire illustre la force irrésistible de la passion amoureuse, force symbolisée par le philtre qui leur fait braver l'ordre social, et d'abord le mariage.
Elle relate les principaux moments de la passion légendaire qui lie le chevalier Tristan et l'épouse de son oncle le roi Marc.

Nous sont contés les effets destructeurs de la passion. Par amour, Tristan et Yseult ont oublié leurs devoirs, ont renié leur honneur chevaleresque, ont souffert et finalement ont péri. Cependant leur couple ballotté, déchiré a résisté aux épreuves, à "la tentation de se déprendre". L’amour sort finalement vainqueur, purifié par la souffrance et consacré par la mort. C’est cet amour fatal qui a séduit les hommes et les femmes du XIIe siècle

Lire la suite sur : nous sont contés les effets destructeurs de la passion. Par amour, Tristan et Yseut ont oublié leurs devoirs, ont renié leur honneur chevaleresque, ont souffert et finalement ont péri. Cependant leur couple ballotté, déchiré a résisté aux épreuves, à "la tentation de se déprendre". L’amour sort finalement vainqueur, purifié par la souffrance et consacré par la mort. C’est cet amour fatal qui a séduit les hommes et les femmes du XIIe siècle

Lire la suite sur : http://www.etudes-litteraires.com/tristan-et-yseut.php#ixzz1k6mbIvAR

Paul et Virginie :

Paul et Virginie sont les héros d’un roman tragique écrit en 1787 par Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre.
Il s’agit de deux enfants qui vivent sur l’île Maurice et qui seront élevés ensemble, bien qu’issus de familles différentes. A l’adolescence ils tombent éperdument amoureux. Voyant ces sentiments naître, la mère de Virginie décide de les éloigner l’un de l’autre en envoyant sa fille étudier en France. De nombreuses années après, Virginie annonce à Paul qu’elle rentre sur l’île pour le rejoindre. Alors que le bateau sur lequel elle voyage apparait à horizon, il s’échoue contre les rochers et Virginie meurt noyée. Paul, qui a assisté avec effroi à toute la scène, succombera à son chagrin.



Ulysse et Pénélope :


Ulysse est l’un de plus célèbres héros de la mythologie grecque.
Il participa à la guerre de Troie, affronta un  cyclope, résista aux chants des sirènes...et sortit vainqueur de bien d’autres epreuves encore !

Il était marié à Pénélope, qui l’attendait patiemment tout au long de ses nombreux voyages. Elle était dévouée corps et âme à son mari, et résistait à tous les prétendants qui essaient de la conquérir en l’absence de son époux. Pour qu’ils la laissent tranquille, elle leur disait qu’elle ne ferait son choix que lorsqu’elle aurait terminé de tisser une tapisserie...qu’elle défaisait en réalité pendant la nuit afin que jamais elle ne se termine !!

Un bel amour que rien ni personne ne pouvait ébranler !

Pénélope est le type immortel de la fidélité conjugale. Pendant l'absence d'Ulysse parti guerroyer au loin et que l'on croyait disparu, elle meuble sa solitude en travaillant à de nombreux ouvrages.

Elle n'échappe aux sollicitations de ses prétendants, qu'en promettant de fixer son choix lorsqu'elle aura terminé une tapisserie dont elle défait la nuit ce qu'elle a fait le jour. Comme le renard, elle est prudente avisée et réfléchie. Au retour d'Ulysse, elle se garde même de reconnaître son mari, craignant une méprise. Seule la description de leur chambre nuptiale que lui-même avait décorée, lèvera ses doutes.

Quant au Héros dont les aventures forment le sujet de l'Odyssée, au cours de ses longs voyages initiatiques remplis d'épreuves, il avait enfin acquis la connaissance. Aussi, ni la colère des Dieux, ni le charme des sirènes, ni la séduction des magiciennes, ne le détourneront plus du dessein qu'il a formé de rentrer chez lui et d'y vivre avec Pénélope, sa fidèle et sage épouse.


Pénélope par Bouguerau

 

Rodrigue et Chimène :

Couple du Cid, une pièce de théâtre du 17ème, de Corneille.
L'histoire peut paraître simple, Rodrigue aime une belle jeune femme, Chimène. Mais le père de Rodrigue, Don Diègue, a été violemment « souffleté » par le père de Chimène, Don Gomès.
Don Diègue étant trop âgé, confie la dure tâche de le venger à son fils qui doit défier Don Gomès.
C'est alors que le dilemme se pose : Rodrigue doit-il venger son père ou conserver l'amour de Chimène ? Après mûre réflexion, il défie Don Gomès et lui fait mordre la poussière, ce qui bien-sûr, bouleverse le petite Chimène !


L'actrice italienne Sophia Loren donne la réplique à Charlton Heston dans le film Le Cid.

Héloïse et Abélard

 Les héros de cette histoire ont existé, ils vécurent en France sous le règne du roi Louis VI. Abélard, est le fils du seigneur du Pallet, qui le destine au métier des armes, la passion des études et des lettres le fait renoncer à son héritage et venir à Paris où il sera l'élève de Guillaume de Champeaux avant de devenir son rival. A 22 ans Abélard dirige les écoles de Corbeil et Melun, avant d'ouvrir une école de dialectique sur la montagne Sainte-Geneviève à Paris.

Le chanoine Fulbert l'invite à enseigner les sciences à sa ravissante nièce de 17 ans, Héloïse, issue d'une excellente famille liée aux Montmorency. Fulbert l'avait placée au couvent d'Argenteuil, la jeune "nonne" est séduisante, déjà savante pour son  âge et voit arriver avec plaisir et émotion cet homme que sa réputation de séducteur précède.

c'est possédé d'une passion charnelle qu'ils vont tomber dans les bras l'un de l'autre.
Héloïse est bientôt enceinte.
Afin de fuir le scandale le couple se réfugie en Bretagne chez Abélard, où ils se marient discrètement.
De l'enfant de l'amour aucun texte ne parle et personne ne sait ce qu'il advint de lui (ou d'elle). Rentrée à Paris Héloïse aurait été nommée Prieure du couvent d'Argenteuil, à priori l'église de l'époque n'était pas très regardante sur l'état civil.
Abélard la rejoint, et là l'oncle Fulbert se fait à retardement le vengeur véhément de l'honneur de sa nièce, qui promise à un bel avenir dû à sa naissance ne peut aujourd'hui accéder à une noble condition. Fulbert considère le "mari" comme un violeur ayant trahi l'église. Cet oncle, dont la maison a servi de nid d'amour aux deux amants va se substituer à la justice , il emploie deux écorcheurs qui vont agresser Abélard mais emportés par leur élan vont surtout le châtrer.

L'agression n'a pas séparé le couple, Abélard remit de ses émotions élabore un traité de mariage où il prône l'obligation de réprimer désir et plaisir physique. Héloïse ne renoncera jamais à son bel amour, ce mari qu'elle a pleinement aimé sera son compagnon pour les années qu'il leur restent à partager. A dater de cette époque commence entre les deux époux une magnifique correspondance en latin mélange étonnant de piété, de passion et de langage simple et formaliste du moyen âge.

Vers 1129, Héloïse, première femme philosophe, devient Abbesse du monastère le Paraclet situé en Champagne près de l'ermitage fondé par Abélard. Il meurt à 63 ans au prieuré de Saint-Marcel près de Chalon sur Saône. C'est seulement douze ans plus tard que son Héloïse le rejoindra toujours emplie de cet passion qui avait fait de cette brillante adolescente, une femme éperdument amoureuse et qui  s'était muée au fil du temps, en la plus belle et grande passion spirituelle qui soit.
En 1817, la mairie de Paris fera transférer les ossements de ce couple légendaire au Père-Lachaise, où vous pouvez toujours aujourd'hui admirer leur merveilleux tombeau, c'est là qu'ils reposent à jamais unis par leur amour et par les hommes.


Abélard et Héloïse surpris par Fulbert
Jean Vigaud - 1819

 Valmont et Cécile, et la présidente de Tourvel :

Ces deux femmes sont des héroïnes du roman "les liaisons dangereuses" de Pierre  Choderlos de Laclos (1782).
Les Liaisons dangereuses sont une histoire d'intrigue, de pouvoir et de séduction, dans laquelle les deux sexes se livrent bataille. C'est un roman épistolaire où les 175 lettres révèlent les pensées, les actions et les désirs intimes de chaque personnage.
Elles montrent la conquête de deux jeunes femmes, la jeune Cécile de Volanges et de la pieuse Présidente de Tourvel , par deux llibertins: la marquise de Merteuil et son accolyte, le vicomte de Valmont.
Cécile, qui vient de sortir du couvent, est fiancée au Comte de Gercourt, ancien amant de la marquise de Merteuil. Cette dernière, fâchée contre Gercourt qui l'a abandonnée, pour se venger, décide de corrompre Cécile avant son mariage. Mais la marquise a besoin d'un homme pour exécuté ce complot.
A ce moment même, le vicomte de Valmont est occupé à tenter de séduire madame de Tourvel qui lui résiste. Non seulement madame de Tourvel est fidèle et pieuse, mais elle a une amie, madame de Volanges, mère de Cécile, l'a avertie du personnage dangereux et sans scrupules qu'est Valmont. Ceci finit par convaincre Valmont, qui veut se venger des bavardages de madame de Volanges, et plaire à son ancienne maîtresse, madame de Merteuil.
Valmont séduit facilement Cécile et plus lentement la Présidente, dont il tombe amoureux.

Jalouse et furieuse madame de Merteuil le force à rompre cruellement. La pauvre présidente meurt de chagrin. La guerre entre Merteuil et Valmont s'achève avec la mort de Valmont tué en duel par le Chevalier de Danceny, jeune amant de Cécile, la rentrée de Cécile au couvent, et la fuite de Merteuil qui ayant perdu sa réputation de veuve vertueuse est obligée de s’exiler loin de Paris.

John Malkovitch (Valmont) dans les liaisons dangereuses


Film de Vadim (1959)           Film de Stephan Frears avec Glenn Gloose et  John Malkovitch (Valmont)

En 1988, la reconnaissance internationale du talen tde Stephan Frears sera totale avec ces Liaisons dangereuses : la finesse de l’adaptation d’un des grands romans de la littérature française, la mise en scène insistant sur l’opposition des deux personnages principaux, l’interprétation exemplaire de John Malkovich en Vicomte de Valmont, Glenn Glose en Marquise de Merteuil et Michelle Pfeiffer en Mme de Tourvel combleront les amateurs de cinéma comme de littérature.

Orphée et Eurydice

Aède mythique de Thrace, fils du roi Œagre et de la muse Calliope , il savait par les accents de sa lyre charmer les animaux sauvages et parvenait à émouvoir les êtres inanimés.
Il fut comblé de dons multiples par Apollon, et on raconte qu'il ajouta deux cordes à la traditionnelle lyre à sept cordes que lui donna le dieu, en hommage aux neuf muses, protectrices des arts et des lettres, auxquelles appartenait sa mère. Il passe pour être l'inventeur de la cithare.
Héros voyageur, il participa à l'expédition des Argonautes. Il y faisait office de chef de nage c'est-à-dire qu'il donnait par son chant la cadence aux coups de rame des autres héros. Son chant permit également à l'expédition de résister au danger du chant des sirènes dont il parvint à surpasser le pouvoir de séduction. Il se rendit jusqu'en Égypte, puis revint en Grèce. À la fin de son périple, il rentra en Thrace, dans le royaume de son père.
Un jour, il rencontre une dryade très jolie, qui s’appelle Eurydice. Ils tombent amoureux l’un de l’autre et se marient.
Le jour des noces, Eurydice se fait mordre par un serpent, en fuyant Aristée, le frère d’Orphée, qui aime aussi Eurydice. Le venin a fait son oeuvre, elle meurt et rejoint les Enfers.
Orphée est triste et désespéré. Il décide de la ramener du royaume des ombres.
Orphée put, après avoir endormi de sa musique enchanteresse Cerbère le monstrueux chien à trois têtes qui en gardait l'entrée, et les terribles Euménides, approcher le dieu Hadès. Il parvint, grâce à sa musique, à le faire fléchir et lui demande s’il peut récupérer sa bien-aimée. Le chant du jeune téméraire est si beau qu’Hadès accepte, mais à une seule condition : il ne devra ni lui parler, ni la regarder avant que tous deux ne franchissent la limite entre le monde des morts et celui des vivants.
Orphée conduit Eurydice vers la vie, et impatient de la voir, se retourne trop tôt.
Eurydice meurt à jamais…

De nombreuses traditions circulent sur la mort d'Orphée, inconsolable.
La version la plus courante est que les Bacchantes ou Ménades éprouvèrent un vif dépit de le voir rester fidèle à Eurydice et le déchiquetèrent.
Sa tête, jetée dans le fleuve Hébros, vint se déposer sur les rivages de l'île de Lesbos, terre de la Poésie.
Les Muses, éplorées, recueillirent les membres pour les enterrer au pied du mont Olympe, à Leibèthres en Thessalie.
On prétendait que sa tête continuait parfois à chanter dans son tombeau, ce qui est le signe de la survie posthume du poète par son chant.

La manière donc Cocteau approche le mythe d'Orphée est symptomatique et révèle ses obsessions et ses préférences.
Il se désintéresse totalement de l'histoire d'amour entre Orphée et Eurydice.
Ce qui intéresse Cocteau dans le mythe grec, c'est le fait qu'Orphée soit poète (l'Orphée du mythe grec, un aède, n'était autre qu'un poète chantant) et surtout qu'il rende visite aux enfers.
A l'instar des rites et des croyances orphiques de l'antiquité grecque qui n'ont que peu à voir avec le mythe d'Orphée lui-même tel qu'il a été rapporté, Cocteau s'intéresse à la vie après la mort, comme s'il en escomptait un retour.

Dom Juan

Pièce de Moliére qui paraît en 1665 : Dom Juan -
D'où vient l'énergie  déployée par Dom Juan à la recherche d'autres satisfactions ? Est-ce exactement ou simplement une question de désir sexuel ? Tout le plaisir de l'amour est-il dans le changement ?
Le désir sexuel n'est que ce qui met du mouvement dans l'existence sans cela immobile et mortifère de Dom Juan.  Ce monde aristocratique, le sien, n'est plus à la mesure de ce « grand seigneur ». Mais quelle serait donc sa mesure, à lui ?  La liberté justement.
Dom Juan veut ne rien devoir à personne.
Dom Juan veut ne pas être un fils, il voudrait ne pas être né dans  le monde où la mesure de chaque être s'exprime et s'épuise dans son rapport à la lignée par son père.
Dom Juan veut ne pas être un époux.
Dom Juan voudrait ne pas être un maître. Or il a un serviteur, dont il a essentiellement besoin : pour se faire accompagner dans ses déplacements et être assuré qu'il a bougé ; pour parler et se faire écouter ; pour avoir un témoin.

Dom Juan a enlevé Elvire d'un couvent pour l'épouser, mais cette conquête ne l'intéresse déjà plus.
II tient à Sganarelle un discours sur l'amour dont le plaisir premier réside dans le changement.
L'arrivée d'Elvire interrompt la leçon que tentait de faire, en retour, Sganarelle à son maître. Celle-ci, blessée et courroucée par l'attitude de Dom Juan est insolemment éconduite par le séducteur qui n'hésite pas à lui mentir.
Charlotte, une jeune paysanne devient l'objet de toute l'attention de Dom Juan. Rejoints par Mathurine, autre paysanne, Dom Juan, par une habile double séduction, promet le mariage aux deux jeunes filles.
Interrompus par une troupe de cavaliers qui les recherchent, Dom Juan et Sganarelle prennent la fuite.

Pour Dom Juan, la femme n'est tentante que parce qu'elle est entourée de bastions : à preuve la quasi disparition aujourd'hui du donjuanisme, qui n'a pas survécu à la libéralisation des mœurs, encore moins à l'émancipation féminine. Mais, même située dans les époques où elle garde un sens, la figure de Don Juan pose quelques problèmes quant à l'authenticité de la liberté qu'elle prétend fonder. Notre thèse voit plutôt dans le personnage l'incarnation d'un narcissisme inconséquent, qui alourdit ses chaînes au lieu de les briser.

Dom Juan (1965)     - France/Belgique/Canada     - Classique/Comédie dramatique     - 1h45
Réalisation : Marcel Bluwal
Auteurs & scénaristes : Molière (d'après sa pièce)

Solal et Ariane - "Belle du Seigneur (1968) est l'un des plus beaux romans d'amour jamais écrits. On en ressort ébloui, secoué, bouleversé. C'est un hymne à l'amour même s'il finit en tragédie. Albert Cohen décrit l'enivrant délire des premiers temps d'une passion amoureuse. Ne pouvant plus s'en séparer, Solal s'enfuit avec Ariane sur la Côte d'Azur. Dans leur chambre d'hôtel, puis dans une villa, Belle-de-Mai, ils vivent des moments sublimes. « Ô cette joie complice de se regarder devant les autres, joie de sortir ensemble, joie d'aller au cinéma et de se serrer la main dans l'obscurité, et de se regarder lorsque la lumière revenait, et puis ils retournaient chez elle pour s'aimer mieux, lui orgueilleux d'elle, et tous se retournaient quand ils passaient, et les vieux souffraient de tant d'amour et de beauté. »." ( extrait de l'article de JF Dortier dans Sciences Humaines N°174).

Natalia Vodianova et Jonathan Rhys Meyers dans les premières images du film "Belle du Seigneur".

Mme de Clèves et le Duc de Nemours - La Princesse de Clèves est roman publié en 1678 sans nom d'auteur. Il a commencé à être écrit en 1672 et c'est en 1677 que Madame de Lafayette s'y consacra complètement, avec l'aide de La Rochefoucault.
Une jeune fille sévèrement élevée par sa mère, Mlle de Chartres, l'une des plus grandes héritières du royaume, épouse sans l'aimer, mais avec le ferme dessein de lui être fidèle, un homme qu'elle estime : M. de Clèves qui, dès le premier abord, avait conçu pour elle un amour extraordinaire.
Peu de temps après ce mariage de raison, elle rencontre, au cours d'un bal donné par la Reine, un jeune gentilhomme entre tous séduisant, M. de Nemours.
Lors d'un tournoi, Nemours est blessé. Le regard que lui adresse alors Mme de Clèves est la preuve d'une ardente passion.
Elle a conscience de la passion qu'elle ressent, malgré elle, pour cet homme.
Mme de Clèves se retire à nouveau à la campagne, cherchant dans la solitude l'impossible tranquillité. Nemours la suit , épié par un espion que Clèves a dépêché sur place. De nuit, Nemours observe la princesse de Clèves alors qu'elle contemple d'un air rêveur un tableau le représentant. Il est fou de bonheur. Encouragé par cette marque d'amour, Nemours se décide à rejoindre celle qu'il aime. Il avance de quelques pas et fait du bruit. Pensant le reconnaître, la princesse se réfugie immédiatement dans un autre endroit du château. Nemours attend en vain dans le jardin , et au petit matin, il se rend dans le village voisin pour y attendre la nuit suivante.


 Film La Princesse de Clèves
Réalisé par Jean Delannoy
Avec Marina Vlady, Jean Marais, Lea Padovani, Annie Ducaux, Jean-Francois Poron


La présence du duc de Nemours auprès de la princesse a été racontée à Clèves par son espion.
Clèves est persuadé qu'il a été trahi. Il meurt de chagrin, non sans avoir fait "à la vertueuse infidèle d'inoubliables adieux" et l'avoir accablée de reproches.

La douleur prive la princesse de toute raison . Elle éprouve pour elle-même et M. de Nemours un véritable effroi. Elle refuse de voir M. de Nemours, repensant continuellement à la crainte de son défunt mari de la voir épouser M. de Nemours.

La princesse tentera d'apaiser sa douleur en s'exilant dans les Pyrénées.
Elle mourra quelques années plus tard en succombant à une maladie de langueur.


JE TERMINERAI par l'évocation de la réalisatrice néo-zélandaise, Jane Campion qui ayant une formation d'anthropologue se destina d'abord à la peinture avant de multiples expériences théâtrales et de passer à la réalisation.

Avec la leçon de piano, réalisé en 1992 et sorti en 1993, elle est devenue la première femme réalisatrice à décrocher la palme d'or à Cannes et Holy Hunter fut révélée par ce film, pour lequel elle remporta l'Oscar de la meilleure actrice.
Dans le triangle amoureux de ce film (Holy Hunter dans le rôle d'Ada, après son veuvage et mère d'une fillette de neuf ans, elle s’apprête à suivre son nouveau mari au fin fond du bush. Il accepte de transporter tous ses meubles à l'exception d'un piano qui échoue chez un voisin illettré. Ne pouvant supporter cette perte, Ada accepte le marché que lui propose ce dernier. Regagner son piano touche par touche en se soumettant à ses fantaisies.
C'est cet employé de son mari  qui saura répondre aux attentes d’Ada, y compris ses attentes sexuelles, et reconnaître en elle une égale. En adoptant le style de vie des Maoris, cet Européen s’est défait de sa carapace d’homme insensible. Des deux hommes, il est le seul à écouter, savourer et être bouleversé par la musique d’Ada.

Après plusieurs années d'absence, elle réalise "Bright Star" en 2009 ( son dernier film en 2003 était "In the Cut", un thriller érotique).

C'est ce film que je viens de revoir à la télévision et qui met en scène deux personnages amoureux et très dissemblable.
Fanny , la jeune héroïne de "Bright Star", qui n'a que 18 ans, est amoureuse d'un jeune poète désargenté, John Keats, âgé de 23 ans. Leur liaison non consommée finira tragiquement.
Il s'agit de l'histoire vraie du poète britannique, romantique du XIX ème siècle,incompris de son vivant.
La jeune fille, sa belle voisine, Fanny, devint sa muse, au point de lui dédier un poème, Bright Star :

« Brillante étoile ! Que ne suis-je comme toi immuable,
Non seul dans la splendeur tout en haut de la nuit,
Observant, paupières éternelles ouvertes,
De la nature patient ermite sans sommeil,
Les eaux mouvantes dans leur tâche rituelle,
Purifier les rivages de l’homme sur la terre,
Ou fixant le nouveau léger masque jeté
De la neige sur les montagnes et les landes-
Non-mais toujours immuable, toujours inchangé,
Reposant sur le beau sein mûri de mon amour,
Sentir toujours son lent soulèvement,
Toujours en éveil dans un trouble exquis,
Encore son souffle entendre, tendrement repris,
Et vivre ainsi toujours-ou défaillir dans la mort. »

John Keats-1819


Au-delà des considérations techniques, Bright Star est porté par ses deux acteurs principaux,
Ben Wishaw, délicat et mutin Keats, mais surtout Abbie Cornish, qui habite l’écran du début à la fin.
L'"étoile éclatante", c'est bel et bien elle.

Jane Campion a réussi à exprimer la force de cet amour qui est passé par toutes les étapes du sentiment amoureux.
Il a commencer par un marivaudage, suivi d'une défiance,d'échanges aigre-doux qui n'est autre que le désir qui monte.
Fanny est une coquette qui s'intéresse à la mode, tandis que l' apprenti poète met la littérature au dessus de tout. Poésie contre couture. Le film se passe au 19 ème et pourrait se passer aujourd'hui (un écrivain amoureux d'une simplette, fashion-victim...).
Le spectateur est représenté par une jeune sœur et un jeune frère de l’héroïne. Ceux-ci ne perdent pas une miette de l'amour naissant des grands.
Le film suit le rythme des saisons : John prend la main de Fanny en hiver, au printemps aura lieu une chaste étreinte, suivra une promenade de 2 amants au bord d'une rivière où la nature sera rayonnante .

Mais John dont la santé est fragile, n'a pas les moyens d'épouser cette jeune bourgeoise dont les parents aimerait qu'elle devienne la femme d'un homme de sa condition. John, conscient de cette difficulté essaie de prendre ses distances avec sa bien-aimée mais celle-ci attend une longue lettre de celui avec lequel elle aimerait partager sa vie. Elle s'enferme dans sa chambre avec des papillons qu'elle a capturés, comme pour emprisonner le bonheur dont elle est privée.
Prémonition ? Les insectes meurent.
L'amour qui provoque l'empathie du spectateur est d'abord joie intense , puis malheur.
N'empêche que le spectateur en redemande, amoureux de l'amour.


Comme l’a expliqué Jane Campion (entourée à cannes de ses deux acteurs principaux) pendant la conférence de presse,
son film n’est pas un biopic -on la sait peu intéressée par ce genre cinématographique-
mais une histoire d’amour sur fond de lettres et de poésie.
Bien sûr John Keats a existé, c’est l’un des poètes romantiques majeurs d’Angleterre.
Mais sa passion pour Fanny Brawne a été imaginée par Jane Campion.