Je ne parlerai pas de sexualité. D'autres peuvent le faire plus savamment que moi qui ne suis qu'un simple mortel. Certains sites sur le net, Wikipédia  par exemple, des psychanalystes, des sexologues, des philosophes, des sociologues...


Le terme sexualité englobe les phénomènes de la reproduction biologique des organismes, les comportements sexuels permettant cette reproduction, et enfin les nombreux phénomènes culturels liés à ces comportements sexuels).
La sexualité esr une dimension importante de l'Amour (éros en mythologie) depuis la naissance de l'homme (même dans la vie intra-utérine du fœtus) jusqu'à la mort.

Freud l'a sorti de son anonymat avec notamment le "complexe d’œdipe" (Voir en cliquant ici l'article que j'ai écri à ce sujet).

Des livres et des forums sur internet informe les parents sur le rôle à tenir en face de leur(s) enfant(s).

Éros :

Éros, aussi appelé Amour, ou Cupidon chez les Romains, était la divinité de l'Amour. Eros signifie en grec « amour charnel ».
Dans la Théogonie d'Hésiode et chez les Orphiques, Éros est considéré comme un dieu créateur et l'un des éléments primordiaux du monde. Il serait le premier dieu, né de l'œuf primordial, sans lui aucun des autres dieux ne seraient nés.
Depuis le VI ème siècle avant notre ère, il est d'abord le dieu de la passion; à ce titre, il a inspiré presque tous les poètes et les artistes. Plus tard, on s'accorda à voir en lui le fils d'Aphrodite et d'Hermès (ou d'Arès); c'est ainsi, par exemple, que le décrit Agathon dans le Banquet de Platon.
Éros était représenté ailé (puisqu’il était omniprésent). Son pouvoir était immense, et personne, ni dieu ni homme ne pouvait lui résister. On le considérait aussi dangereux parce qu’il faisait perdre la raison.

 En français, les dérivés du mot éros sont : érotique (relatif à l’amour), érotiquement (de façon érotique), érotisme (caractère de ce qui est érotique), érotomane (personne atteinte d’érotomanie), et érotomanie (affection mentale caractérisée par la prédominance des idées amoureuses ou sexuelles).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Victoire de l'Amour sacré sur l'Amour profane,  - L'Amour victorieux,(1602) - Le Caravage

Giovanni Baglione  (Vers 1602)

 

Le peintre et critique Giovanni Baglione qui admirait le  Caravage pour sa technique et s'en est beaucoup inspiré, était aussi son ennemi déclaré et à souvent eu maille à partir avec lui. Vers 1602, en réponse au sulfureux L'Amour victorieux, il peint plusieurs versions d'un tableau intitulé L'Amour Divin et l'Amour Profane mettant en scène le même jeune garçon surpris par un ange divin lors de frasques sexuelles avec un satyre ou un démon. Dans l'une de ces versions conservée à Rome, le satyre tourne la tête vers le spectateur, et l'on peut y reconnaître les traits du Caravage caricaturé par Baglione.

Les corps du Caravage sont presque exclusivement masculins, jeunes ou vieux : on ne lui connaît pas de représentation de femmes nues. Il semble avoir une prédilection pour les corps trapus, imposants et dotés de muscles saillants : dans nombre de tableaux, les personnages semblent envahir tout le cadre. C’est particulièrement visible dans des tableaux comme le David et Goliath de 1600, Le Christ à la colonne ou encore le Couronnement d'épines.

L’érotisme qui se dégage de ces corps imposants est souvent troublant – ce qui lui valut, là encore, de nombreuses critiques. Les attirances homosexuelles et pédérastiques du Caravage n’ont guère été établies avec certitude, d’autant que c’est un sujet que les chroniqueurs gênés préfèrent garder sous silence, même de nos jours – mais l’observation de son œuvre laisse peu de doutes à ce sujet. Cette sexualité, considérée comme infâme à l’époque et vigoureusement condamnée par l’Église, lui valut beaucoup de problèmes avec la justice et le pouvoir : il fut impliqué dans nombre d’affaires de mœurs.

 

Chez les hominidés (l'homme, le chimpanzé, le bonobo, l'orang-outan) et le dauphin, le comportement sexuel ne serait plus seulement un comportement de reproduction, mais deviendrait également un comportement érotique.
Chez l'être humain, le but du comportement sexuel ne serait plus le coït vaginal, mais la recherche du plaisir érotique. Ce plaisir intense est procuré par la stimulation du corps et des zones érogènes, et en particulier par la stimulation du pénis, du clitoris et du vagin. Ce comportement, dont l'orgasme est le point d'orgue, est un comportement érotique. La reproduction, chez l'être humain, serait une conséquence indirecte de la recherche du plaisir.
L'opposition, entre le modèle instinctuel et hormonal du « comportement de reproduction » et le modèle hédonistique et culturel du « comportement érotique » appris et réalisé pour obtenir du plaisir, n'est pas nouvelle. Mais ce n'est qu'aux alentours des années 2000 que des recherches (notamment en éthologie, en ethnologie et en neurosciences ) ont apporté des données précises permettant d'étayer les deux modèles.

 


Site spécialisé dans la sexualité des couples hétéros, à l'adresse :

http://www. psychologies.com/couple


Exemple de thème abordé :
La taille du pénis, fantasme d'homme ou de femme ?

"Les « agrandissez votre sexe » (enlarge your penis en VO) arrivent en tête des spams commerciaux sur Internet. Mais au-delà du phénomène de société, un gros et grand pénis est-il pour nous, hommes et femmes, un argument de taille dans notre vie amoureuse ? Enquête."

Sexologue :

La canadienne, Jacqueline Robert tient un blog(ue) :

 


Exemple d'articles que j'ai pu y lire :

   
Un gros merci tout dégoulinant

 
"Oui, un grrrrros merci tout dégoulinant de joie et de tendresse. Tout suintant de reconnaissance.  

Il y a quelques jours, j'ai appris que mon blogue, ce blogue, se classait 10e parmi les plus influents au Québec. J'ai appris cette nouvelle depuis Paris où je suis jusqu'à la fin du mois..."(Suite sur le site)

J'ai entendu cette personne (Jocelyne Robert,sexologue et auteur entre autres de Ma sexualité de 0 à 6 ans, avec Jo-Anne Jacob, et Parlez-leur d’amour... et de sexualité, tous deux publiés aux éditions de l’Homme en 2005 et 2001.
Cette sexologue m'a paru intéressante, lors d'une émission " les maternelles" sur France 5, qui traitait de la sexualité des enfants .
(Pour revoir un extrait de cette émission, cliquez ici)