Pénélope

Dans sa jeunesse, et à cause de sa grande beauté, elle est demandée par plusieurs princes grecs.
Son père (elle est la fille d'Icarios et d'une Naïade), pour éviter les querelles qui auraient pu éclater entre les prétendants, les oblige à en disputer la possession dans des jeux qu'il fait célébrer.
Ulysse sortant vainqueur, Pénélope lui est accordée.
Pendant les vingt années d'absence d'Ulysse, durant et après la guerre de Troie, Pénélope lui garda une fidélité à l'épreuve de toutes les sollicitations. Sa beauté et le trône d'Ulysse attirèrent à Ithaque cent huit prétendants. Elle sut toujours éluder leur poursuite et les déconcerter par de nouvelles ruses.


John William Waterhouse, Pénélope et les prétendants, huile sur toile, 1912


La première fut de s'attacher à faire sur le métier un grand voile, en déclarant aux prétendants qu'elle ne pouvait contracter un nouveau mariage avant d'avoir achevé cette tapisserie destinée à envelopper le corps de son beau-père Laërte, quand il viendrait à mourir. Ainsi, pendant trois ans, elle allégua cet ingénieux prétexte, sans que sa tapisserie s'achevât jamais ; car elle défaisait la nuit ce qu'elle avait fait le jour : de là est venue l'expression « tapisserie de Pénélope », désignant un ouvrage auquel on travaille sans cesse et que l'on ne termine jamais.
Quand on vint dire à Pénélope que son époux était de retour, elle refusa de le croire, craignant qu'on ne voulût la surprendre par des apparences trompeuses ; mais, après qu'elle se fut assurée, par des preuves non équivoques, que c'était réellement Ulysse, elle se livra aux plus grands transports de joie et d'amour.

Ulysse

 Selon certaines versions, il est lié par le serment de Tyndare, obligeant les prétendants malheureux à la main d'Hélène à aider celui qui l'emporterait. (bien qu'épris d'Hélène, Ulysse se garda bien de demander sa main.)
Ulysse, qui a entre temps épousé Pénélope (la cousine d'Hélène) et ne veut pas laisser son jeune fils Télémaque, simule alors la folie pour éviter de partir à la guerre, labourant un champ avec un attelage composé d'un bœuf et d'un cheval et y semant du sel (ou des pierres, selon les versions). La ruse est éventée . Ulysse est contraint de rejoindre le camp grec qui guerroie avec Troie.

Voir l'article de ce blog, sur Ulysse ce héros homérique.(En cliquant ici)

La vengeance d'Ulysse

Les Phéaciens déposent Ulysse à Ithaque.
Athéna lui donne l'aspect d'un pauvre vieillard. il est reçu avec hospitalité par le porcher Eumée.
Ce déguisement lui permet d'observer la situation au palais et de préparer sa vengeance.
Il révèle son identité à Télémaque qui, déjouant un piège tendu par les prétendants, revient de son voyage.
Au palais, Ulysse passe pour un mendiant et doit supporter l'insolence des prétendants. Mais quand Pénélope propose une épreuve de tir à l'arc, il l'emporte sur tous, et massacre les prétendants. Il se fait ensuite reconnaître de sa femme et de son père.

Ulysse et le tir à l'arc de Bernard Buffet


 On retrouve des traits du guerrier qu'était Ulysse, dans l'archer qui massacre les prétendants, et reconquiert son pouvoir par la force.
Ulysse doit non seulement vaincre ses ennemis, mais aussi s'imposer à ses compagnons, incapables d'obéir à la raison si cela exige quelque sacrifice.
Le héros entretient des rapports privilégiés et passionnels avec les dieux ;
Poséidon ébranle les océans pour tenter de l'engloutir et
Athéna multiplie les métamorphoses pour intervenir en sa faveur ou le conseiller.
Mais la puissance du destin est supérieure à celle des dieux, ils ne peuvent que retarder ou hâter son retour.
Ulysse apprend qu'il arrivera au terme du retour, s'il sait maîtriser son cœur.