Andromaque est une tragédie en cinq actes et en vers de Jean Racine écrite en 1667 et représentée pour la première fois au château du Louvre le 17 novembre 1667. Elle comporte 1648 alexandrins.

 

  • L'argument de la pièce de Jean Racine se résume en quelques phrases :


Oreste, ambassadeur des grecs se rend chez Pyrrhus.
Dans le palais de Pyrrhus, Hermione sa fiancée, attend les noces promises . Mais Pyrrhus la néglige, car il est tombé  amoureux d' Andromaque, sa captive troyenne, à laquelle il  offre sa main et la protection  de son fils Astyanax, quitte à trahir les Grecs.
Les Grecs, très soucieux, lui envoie Oreste  en ambassade. Il réclame l’enfant, parvenu en Épire au palais de Pyrrhus.
Il aime Hermione, qu'il n'a jamais cessé d'aimer, malgré ses refus. Il a accepté cette mission d'ambassadeur pour la revoir.
Hermione est dédaignée de Pyrrhus qu'elle aime pourtant.
Pyrrhus, roi d’Épire, aime Andromaque,
Mais celle-ci aime encore le souvenir de son mari, Hector, tué pendant la guerre de Troie par Achille, le père de yrrhus et  aime l'enfant, Astyanax qu'elle a eu avec Hector.
Ce fils doit mourir bien qu'il ne soit encore qu'un enfant.
De crainte qu'un jour Astyanax ne veuille venger son père et Troie, Oreste demande à Pyrrhus de tuer Astÿanax ; Pyrrhus s'y refuse, de peur de perdre Andromaque.
Andromaque se refusant à lui, il accepte finalement de livrer Astyanax aux grecs.

Pyrrhus, qui jusqu’à là la dédaignait, est prêt à épouser Hermione, au  désespoir d'Oreste.
Andromaque est partagée entre sa fidélité à la mémoire de son mari et son désir de sauver son fils, également prisonnier. Soumise aux pressions de Pyrrhus, elle se résout à épouser Pyrrhus (qui a changé d'avis) et à se donner aussitôt la mort (c'est une mère soucieuse de défendre à tout prix la vie de son fils). Bel exemple d'amour parental !

Hermione, ivre de colère,  demande alors à Oreste de lui prouver son amour en assassinant Pyrrhus. Oreste s'exécute , mais Hermione après le meurtre, rejette Oreste et se tue sur le cadavre de Pyrrhus.
Oreste sombre alors dans la folie, frappé par la terrible malédiction des Érinyes et Andromaque devient reine.

 

  • Analyse  des ravages de l'amour.

Oreste, a poursuivi sans succès Hermione de son amour.
Ambassadeur des Grecs auprès de Pyrrhus, il a sacrifié sa mission officielle, celle de ramener Astyanax pour éteindre les derniers feux de la guerre de Troie, à sa passion pour la fille d’Hélène.
Même, véritable jouet entre les mains de celle qu’il aime, aveuglé par ses sentiments, il a accepté d’assassiner un ami et un hôte royal. Il est venu chercher le salaire de son crime, la main d’ Hermione ; mais cette dernière vient de le chasser.

Andromaque est le personnage central d’une mécanique tragique.
Pour sauver son fils, acceptera-t-elle l’amour passionné de Pyrrhus ? Lorsqu’elle refuse par fidélité à Hector et à la cause troyenne, le roi d’Épire devient plus sensible aux transports de l’impétueuse Hermione, ce qui désespère l’ambassadeur des Grecs, Oreste.
Mais, lorsque pour sauver Astyanax, elle prête l’oreille aux aveux de son maître, elle éloigne sa rivale qui, par jalousie, se retourne vers Oreste qu’elle utilise comme un jouet. Ainsi toute la tragédie se trouve résumée en Andromaque qui cherche sans arrêt à repousser le dilemme dans lequel veut l’enfermer le roi :
- accepter de l’épouser et sauver Astyanax ou refuser le mariage et par là même condamner son fils.

Jacques Louis David, La Douleur et les Regrets d'Andromaque sur le corps d'Hector (1783)

Hermione  ne peut supporter de voir sa rivale couronnée.
C’est insupportable à sa nature d’amoureuse délaissée, c’est un affront à son rang de princesse. Elle convainc Oreste de tuer l’infidèle Pyrrhus. Ainsi Pyrrhus assassiné, Hermione acculée au suicide par la douleur, Oreste frappé de folie, Andromaque triomphe. À la femme accablée, soumise au destin succède la reine à la grande habileté, dont la présence d’esprit sait saisir la chance que lui offre le sort.

Lire la suite sur : http://www.etudes-litteraires.com

Combat d'Oreste et Néoptolème (également appelé Pyrrhus),
fresque romaine de la Casa di Marco Lucrezio Frontone, Pompéi
(Hermione est agenouillée entre eux)