Philippe VI de Valois (1293-1349)

C'est le premier roi de France de la dynastie des Valois en 1328, à la mort du dernier fils de Philippe le Bel, Charles IV le Bel.
Les Valois vont régner jusqu'en 1589 ( c'est à dire jusqu'à Henri III , qui sera donc le dernier des Valois).


Fichier:Homage d'Edouard III.jpg

     Hommage de Edouard III à Philippe VI en 1329

 

Sacre de Philippe VI

par Jean Froissart, Grandes Chroniques de France, Paris, Bibliothèque nationale de France

Dès 1337 le roi d’Angleterre Édouard III qui a épousé la fille de Philippe le bel revendique le trône de France.
C'est le début d'un conflit qui opposera la France à l'Angleterre de nombreuses années et que l'on appellera :la guerre de cent ans. On retiendra la date de 1453 comme fin de cette guerre dont les premières années sont dramatiques pour les français.
Cette guerre oppose les rois de France de la dynastie des Valois aux rois d'Angleterre pour la possession du royaume de France. Ce ne fut pas exactement une guerre, et dura bien plus de cent ans (116 ans : de 1337 à 1453).
Cinq rois de France et autant de souverains anglais se trouvèrent successivement engagés dans ce duel.
Trois générations entières vécurent dans un perpétuel climat de troubles et de combats.
La guerre de Cent Ans se décompose en une série de batailles, séparés par des périodes de paix relative, ou de trêves. Et quand cessaient les combats, les pillages, la famine ou la peste achevaient de ruiner villes et campagnes.


Le conflit peut se diviser en deux périodes au cours desquelles le trône de France est sur le point de basculer sous la tutelle anglaise, avant d'observer une reconquête quasi-totale.


  • Philippe VI est d'abord vaincu par Edouard III d'Angleterre qui prend Calais.
  • En 1340 lors de la bataille de l'Ecluse, prés de Bruges, la fotte française est anéantie.
  • En 1346, l'armée française est écrasée à Crécy.Crécy marque un tournant dans la stratégie de guerre : les bombardes faisaient leur apparition pour la première fois dans une bataille rangée. Pas très efficace du fait de leur portée limitée, elles effrayèrent néanmoins les troupes françaises et leurs chevaux, contribuant ainsi au désordre affligeant de l'armée française. La chevalerie entre en déclin, les chevaliers sont battus par l'infanterie.
  • En 1348, la peste noire mortelle parvient en France. Près de la moitié de la population meurt.
    La peste  est arrivée par les navires marchands venus d'Orient. Comme on ne connaissait pas les causes du mal, on ne soignait pas les malades et on n'ensevelissait pas les morts, ce qui favorisait la contagion.

Malgré ces revers le roi consolide le domaine royal, en apportant ses propres terres : les comtés de Valois, de Chartres, du Maine et d'Anjou. Il achète le Dauphiné et la ville de Montpellier en 1349.

Jean II Le Bon

C'est le fils ainé de Philippe VI ; il naquit en 1319 et mourut en 1364. Ce fut le second Valois à régner (1350-1364).

Fichier:JeanIIdFrance.jpg

 Porait de profil,sur bois de JeanI I le Bon
Anonyme vers 1350, musée du Louvre

C'est le plus ancien tableau de chevalet conservé de la peinture française.
Cette œuvre est le premier portrait individuel conservé depuis l'Antiquité, ce qui lui confère un caractère exceptionnel. Le roi semble peint avec un souci de caractérisation physique et un désir d'expressivité remarquables. De fait, dès le début du XIVème siècle, de nombreux peintres transalpins commencèrent à s'intéresser au rendu fidèle et réaliste de la figure humaine.

Jean le Bon est de santé fragile. Il a peu d'activités physiques, joute peu mais pratique la chasse. Il est d’une personnalité sensible et laisse facilement cours à son émotivité, jusqu'à devenir violent, ce qui lui vaut quelques déboires diplomatiques. Il aime les livres, protège peintres et musiciens.

Son image de roi chevalier provient :

  • de sa conduite héroïque à la bataille de Poitiers, (Jean le Bon est fait prisonnier , Édouard III exige une énorme rançon de quatre millions d'écus d'orpour sa libération. Son prestige est au plus haut contrairement à celui de la noblesse française. Le roi étant captif, le royaume va sombrer dans la guerre civile.)

  • de la création de l'ordre de l'étoile (L’ordre de l'Étoile est un ordre de chevaleriefondé  en 1351par Jean le Bon à l'imitation de l'ordre de la jarretière créé en 1347 par Edouard III).
  • ou encore de la création du franc sur lequel il figure en armure et à cheval brandissant une épée.

Le règne de Jean le Bon est marqué, comme celui de son père, par la contestation de Charles de Navarre et par Édouard III, lesquels n'acceptent pas l'accession des Valois sur le trône de France. Les actions de Jean le Bon sont donc guidées par la nécessité politique, de prouver avant tout la légitimité de sa couronne.

Dès son plus jeune âge (il est duc de Normandie à 13 ans), il doit lutter contre les forces de ceux qui, attirés par l'influence économique anglaise ou le parti réformateur, affectent les villes et la noblesse.
Évoluant au milieu des intrigues et des trahisons, il est logique qu'il soit méfiant et gouverne dans le secret avec un cercle très fermé de familiers. C'est aussi pour cette raison que les premiers Valois ont cherché à donner un aspect fastueux aux cérémonies, ce qui correspond à la conception médiévale de la noblesse. Cependant, les temps ont changé et les contribuables voient d'un mauvais œil ces dépenses somptuaires.

Batailles et chevauchées sous Jean le Bon     Principales batailles de la 1ère phase de la guerre     Possessions de Charles de Navarre

      Chevauchée du Prince noir en Languedoc en 1355

      Chevauchée de Lancastre en 1356

      Itinéraire du Prince noir en 1356 ++++++++++++++--------------------------------------------------------------------

      Chevauchée d'Édouard III en 1359-60

Les Grandes Compagnies pillent les campagnes et bloquent le commerce. Il tente de mettre fin à leurs agissements mais l'armée royale est vaincue à Brignais . Il tente ensuite d'en débarrasser le pays en les menant en croisade contre les Turcs avec l'argent du Pape. Il essuie un nouvel échec,Innocent VI mourant 15 jours avant son arrivée en Avignon et étant remplacé par le peu dispendieux Urbain V.

Le traité de Brétigny apès la défaite de Poitiers.


Le traité n'est conclu que 4 ans après la défaite et le début de la captivité du roi.

Les conditions sont de 2 ordres :

  • Territoriales : le royaume est dépecée au profit de l'Angleterre qui acquiert en propre (sans vassalité) le sud ouest du pays
  • Financières : Le roi Jean ne sera libéré que contre une très lourde rançon et des otages.
    D'un point de vue financier, la rançon du roi Jean pesera lourd dans les finances. Il faudra même qu'il rentre en personne (laissant un de ses fils en otage pour le remplacer) pour achever de la rassembler.

Le roi d'Angleterre renonce à ses prétentions sur la couronne de France.

 

Charles V le sage

Il dirige le gouvernement du royaume durant la captivité de son père, Jean II le Bon.
Il hérite en 1364 d'un royaume amputé d'un tiers (voir carte).
Mais il mène la reconquête avec l'aide du connétable (comte chargé des écuries et donc, à l’origine, de la cavalerie de guerre), Du Guesclin.

Du Guesclin lui donne sa première victoire contre le roi de Navarre dit le Mauvais. Il était fils du précédent et de la reine Jeanne II. Il fut également comte d'Évreux.

Fichier:Jean Fouquet - Remise de l'épée de connetable à Bertrand Duguesclin - Enluminure (XVe siècle).jpg

2 octobre 1369 - Remise de l'épée de connétable à Bertrand du Guesclin
(enluminure du XVe siècle de Jean Fouquet)


Bertrand du Guesclin gagne à là la pointe de son épée le respect de la noblesse . Il est à l'origine de nombreux exploits, c'est l'un des plus grands guerriers de son temps. Il est fait prisonnier à la bataille d'Auray c. En 1365 à la demande du roi de France, il entraîne les Grandes compagnies en Espagne. Il participe à la bataille de Montiel, en 1370.
En récompense de ces actions en Espagne il est fait duc de Molina.
En octobre 1370, revenu en France, il est fait connétable . Sa grande entreprise va être d'expulser les Anglais. Grâce à sa ruse, il parvient à regagner la quasi-totalité des conquêtes anglaises. Il est enseveli dans la basilique royale de Saint-Denis, aux côtés des rois de France.

Le titre de Dauphin

Au cours du règne de Jean le Bon, le Dauphiné est rattaché par donation à la couronne. Désormais l'héritier présomptif de la couronne recevra ce territoire et portera donc le titre de Dauphin. Le premier dauphin sera donc Charles V, par la suite, ce titre servira à désigner l'héritier du trône de France (généralement le fils aîné du roi).

Mais charles V ne peut empêcher le grand schisme : 2 papes, l'un à Avignon, l'autre à Rome, divisant l'église catholique ( 2 obédiences, l'une "clémentine" en Avigon, "urbaniste" à Rome.

 

 Charles VI dit le fol au XIXè (1368-1422)

On passera rapidement sur ce roi qui n'a pas laissé un gand souvenir dans notre insconcient collectif.

On retiendra simplement 3 faits marquant en dehors du fait qu'il est arrivé sur le trône à 12 ans et que ses oncles (les ducs de Borgogne, du Berry, du Bourbon et d'Anjou)  exercèrent une régence tumultueuse, jusquà ses 20 ans, en 1388. Et qu'il deviendra sans raison par intermittence, à partir de 1392, où il s'en prit, dans la forêt du Mans à tous ce qui l'entourait.

  • Bataille d'Azincourt
    L'armée française est écrasée par les troupes anglaises du roi Henri V à Azincourt, au nord de la Somme. Embourbés, les chevaux de la noblesse française ne parviennent pas à contrer les archers anglais. De nombreux chevaliers sont faits prisonniers. Bien qu'en supériorité numérique (50 000 contre 15 000 anglais) les Français sont trop désorganisés. Azincourt est l'une des batailles les plus meurtrières du moyen-âge. Suite à cette victoire, Henri V ( roi d'angleterre) s'emparera de la Normandie.

Fichier:Schlacht von Azincourt.jpg

Azincourt, miniature du XVè siècle

  • Assassinat de Jean sans Peur
    En pleine guerre de Cent ans, le duc de Bourgogne Jean sans Peur est assassiné à Montereau par un proche du dauphin Charles (le futur Charles VII), héritier du trône de France. Ce dernier s'était fait convaincre, douze ans après, de venger l'assassinat de Louis d'Orléans. Le meurtre relance la querelle entre Armagnacs et Bourguignons, divisant des Français déjà affaiblis par la défaite d'Azincourt. Charles est déshérité par son père Charles VI le Fou. Il devra attendre dix ans pour qu'une certaine Jeanne d'Arc l'aide à retrouver le trône de France.

Charles VI s'éteint le 21 octobre 1422 après un long et difficile règne, et lègue un royaume en plein rétablissement à son fils, le futur Charles VII. Ce dernier mettra fin à la guerre de Cent Ans, avec l'aide imprévue de Jeanne D'Arc, avec laquelle il parviendra à "bouter les Anglais hors de France".

 

Charles VII

Fichier:Charles VII by Jean Fouquet 1445 1450.jpg

Charles VII par Jean Fouquet (1445-1450)

Après quelques années perdues dans les plaisirs et l'oisiveté, Charles résolut de chasser les Anglais ), et il y réussit avec l'aide de généraux tels que Lahire, Xaintrailles, Barbazan, Richemont, mais aussi avec le secours de Jeanne d'arc. Il parcourut les provinces méridionales, s'empara de plusieurs places et obtint sur la Loire quelques succès contre les Anglais :
Jeanne d'Arc le força à lever le siège d'Orléans(1429), et Charles put la même année se faire couronner à Reims. Ce prince enleva ensuite aux Anglais toutes leurs possessions en France, à l'exception de Calais(1448-1453). Paris s'était rendu de lui-même au roi en 1436.

Jeanne d'arc-
Celle que l’on surnomma la Pucelle partit pour Orléans vêtue d’une armure et d’une épée. Elle envoya une missive aux Anglais pour les prévenir de sa venue et leur demander de quitter Orléans. Les Anglais refusèrent.
Ils voyaient en cette femme une sorcière, une personne maléfique. De son côté, Jeanne, poussée par sa foi,  redonnait confiance aux troupes de soldats désespérés.
Dans la nuit du 7 au 8 mai 1429, Jeanne remporte la victoire contre les Anglais et la nouvelle se répand dans toute la France. Elle poursuit son chemin en remontant vers Reims, soumettant de gré ou de force chacune des villes sur son passage.
Le 17 juillet 1429, Charles est couronné roi de France dans la cathédrale de Reims en présence de Jeanne et prend le nom de Charles VII
.
Jeanne d’Arc a rempli la moitié de sa mission. Il lui restait à marcher sur Paris.

Elle est faite prisonnière à Compiègne en mai 1430 par les Bourguignons qui la vendent aux Anglais pour 10 000 livres. On l’accuse d’hérésie.  Les Anglais cherchaient à la discréditer car son charisme redonnait espoir au peuple français.
Jeanne la Pucelle comparaît à Rouen devant un tribunal présidé par Pierre Cauchon, évêque de Beauvais et partisan des Anglais.
Elle est brûlée vive sur la place du Vieux-Marché à Rouen, le 30 mai 1431. Jusqu’au dernier moment, le roi Charles VII n'est pas intervenu pour la délivrer alors qu’elle l'avait aidé à accéder au trône.
Vingt-cinq ans plus tard, un second procès, organisé par Charles VII sur la demande de la mère de Jeanne et du pape Calixte III, casse le jugement et réhabilite Jeanne d’Arc.

Fichier:Ingres coronation charles vii.jpg

Jeanne d'Arc au sacre du roi Charles VII, toile de Dominique Ingres

Les dernières années de Charles VII furent troublées par l'ambition de son fils (Louis XI) et par la révolte de la praguerie, à laquelle ce prince eut la plus forte part; frappé de la crainte d'être empoisonné par ce fils remuant, il se laissa mourir de faim (1461).


Louis XI

Roi en 1461, Louis XIest à la tête d'un royaume en ruine, la France compte à peine 15 millions d'âmes, soit 8 millions de moins qu'au début du XIVe siècle. Les campagnes sont dévastées, Paris a conservé des remparts qui conviennent à une ville peuplée de 200 000 habitants, mais les Parisiens ne sont plus que 60 000 à 80 000. Pourtant, la guerre est finie, la France se rebâtit et reconstitue ses forces.
Louis XI aide à ce relèvement, pour cela il faut être obéi. Contre la noblesse indisciplinée, le roi va lutter sans cesse par la ruse ou la violence.
En 1465, il bat l'armée des grands féodaux à Montlhéry, au sud de Paris. Il fait périr par l'assassinat ou par des condamnations à mort exemplaires les rebelles et les traîtres : le comte d'Armagnac, le connétable de Saint-Pol, le duc de Nemours.
Fait inouï, il ose emprisonner un homme d'Eglise, le cardinal Balue, qui intrigue avec le duc de Bourgogne.

 

Statue de louis XI à Bourges

Louis XI naît le 3 juillet 1423, dans le palais épiscopal de Bourges. Trois ans avant sa naissance, en signant le traité de Troyes, son grand-père Charles VI, frappé par la démence, avait déshérité son propre fils (Charles VII), au profit du roi d'Angleterre (Henri V). Au moment où Louis voit le jour, son père Charles est donc en pleine lutte pour reconquérir son royaume, et la naissance d'un héritier du trône de France représente un atout important pour celui que l'on appelle encore le « roi de Bourges ».

   La situation militaire étant très instable, il est décidé vers 1426 d'éloigner de Bourges l'héritier du trône afin de veiller à sa protection. Louis passe ainsi son enfance au château de Loches, où il est confié aux soins de sa marraine, Catherine de L'Isle Bouchard. À partir de 1429, Louis est placé sous la conduite d'un précepteur gallican, Jean Majoris ; outre le latin, il apprend l'art d'écrire, dans lequel il va bientôt s'illustrer. Il reçoit son éducation militaire de Guillaume d'Avaugour, qui en fait un cavalier chevronné – Louis XI est l'un des rois qui a le plus sillonné son royaume à cheval.

 

Lentement, les plaies se sont pansées, les campagnes ont été à nouveau mises en valeur. Lin dans le Nord, chanvre dans l'Ouest, laine partout : la France a recommencé à produire des tissus exportés dans toute l'Europe. Rouen double sa population en vingt ou trente ans. Des banquiers italiens s'installent à Lyon, où l'on inaugure la première foire internationale en 1464. Mieux obéi dans une France qui sort de la misère, le roi multiplie par quatre le poids de la fiscalité (en restaurant la Taille, l'Aide et la Gabelle) et entretient ainsi la meilleure armée d'Europe. En 1479, il crée la charge de « contrôleur général des chevaucheurs », c'est-à-dire responsable de la poste, le premier système régulier de relais sur les grandes routes de France. Enfin à ce royaume remis en ordre il fallait assurer la paix extérieure, en ruinant définitivement la prétention des rois d'Angleterre, et en bris

ant l'Etat le plus riche et entreprenant d'Europe, celui des ducs de Bourgogne.

Charles VIII (1462-1515)

 

Charles VIII est l'unique fils de Louis X Iet de Charlotte de Savoie.
À 13 ans il monte sur le trône. Il est toujours mineur et conformément au désir de son père, il accepte la tutelle de sa sœur aînée, Anne de Beaujeu.
Le gouvernement des régents provoque une rébellion des princes emmenés par Louis II d'Orléans , le futur Louis XII, qui en vue de soustraire le roi de ses tuteurs entreprend la Guerre folle.
Le 28 juillet 1488, Louis d'Orléansest fait prisonnier à la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier. Incarcéré pendant trois années, il sera gracié en 1491.
Charles entreprend de lourdes négociations pour épouse Anne de Bretagne(fille de François II), initialement promise au puissant Maximilien de Habsbourg. Aucun des six enfants issus de cette union ne survécut.

Charles VIII mourut le 7 avril 1498 au château d'Amboise, après avoir violemment heurté de son front un linteau de pierre placé trop bas. Après sa mort, la succession revint à son cousin, le duc d'Orléans Louis XII, lequel épousa également sa veuve. C'est la fin des Valois directs.


Louis XII (1462-1515)

Valois

Philippe VI de Valois
1293 - 1350
Roi de France 1328-1350

Jean II le Bon
1319 - 1364
Roi de France 1350-1364

Charles V
1338 - 1380
Roi de France 1364-1380

Charles VI le Fou
1368 - 1422
Roi de France 1380-1422

Louis
1372 - 1407
Duc d'Orléans - Frère du roi Charles VI

Charles VII le Victorieux
1403 - 1461
Roi de France 1422-1461

Charles
1394 - 1465
Duc d'Orléans

Jean
1404 - 1467
Comte d'Angoulême

Louis XI
1423 - 1483
Roi de France 1461-1483

Charles VIII l'Affable
1470 - 1498
Roi de France 1483-1498

Louis XII
1462 - 1515
Roi de France 1498-1515

Charles
1459 - 1496
Comte d'Angoulême

 Charles VII n'a pas d'héritier, son trône revient à son cousin
Louis XII qui, lui-même, n'aura pas d'héritier mâle et son
cousin, François Ier lui succèdera. Ce roi de France sera le
premier de la branche de Valois-Angoulême

François Ier
1494 - 1547
Roi de France 1515-1547

Henri II
1519 - 1559
Roi de France 1547-1559

François II
1544 - 1560
Roi de France 1559-1560

Charles IX
1550 - 1574
Roi de France 1560-1574

Henri III
1551 - 1589

La branche des Valois-Orléans arrive au pouvoir avec Louis XII et ce de 1498 à 1515.

Louis XII est né en juin 1462 au château de Blois, mort le 1er janvier 1515.
Il est surnommé le « Père du peuple » par les états généraux de 1506.
Son règne est marqué par les guerres d'Italie, qui s'achèvent avec la défaite de Novare en 1513 et, au plan intérieur par la réforme de la jutice et des impôts.
Son image fut cultivée après sa mort comme symbole d'une monarchie modérée.

Fichier:Louis-xii-roi-de-france.jpg

Louis XII de France.

 
François Ier (1494-1547)

 Nous sommes à la fin du 15ème siècle et le règne de François Ier prend fin dans la première moitié du XVI ème.

François Ier apparaît comme un monarque de caractère, avide de gloire, enjoué, séducteur et fougueux( François 1er est victorieux à Marignan......Avide de gloire et de conquête, le jeune monarque décide de suivre les traces de ses prédécesseurs en marchant sur l’Italie.

  • Dès le mois d’août, il franchit les Alpes avec son armée pour s’emparer du duché de Milan. Arrivé sur les lieux en septembre, il se heurte aux mercenaires suisses appelés en renfort par le pape. La bataille va se prolonger jusqu’au 14 septembre, se soldant par la victoire du roi de France.
  • François Ier s’empressera alors de demander au seigneur Bayard d’être fait chevalier de ses mains. Ce triomphe conduira également à la signature d'un traité de "paix perpétuelle" avec les cantons helvétiques).
  • 1516 : Après avoir passé deux ans à Rome, De Vinci quitte l'Italie pour la France. Il s'établit près d'Amboise, sous la protection du Roi de France.
  • Le roi de France appose sa signature sur le concordat de Bologne, par lequel il s’octroie tous les droits sur l’évêché français.
  • Soucieux de favoriser l’essor commercial du pays, le roi de France, François Ier, délivre la charte de création du port du Havre. En octobre de l’année suivante, l’un de ses navires, L’Hermine, sera le premier à y entrer.
  • 1520 : Le roi d'Espagne ayant été élu empereur sous le nom de Charles Quint un an plus tôt. Désormais encerclé par les possessions de l’empereur, François Ier espère convaincre le roi d’Angleterre de faire alliance avec la France. Il déploie pour cela tout le luxe et le prestige possible pour le recevoir, au Camp du Drap d’or. Mais le rapprochement d'Henri VIII avec Charles Quint deux semaines plus tard effacera tout.
  • 1524-1525 : L'armée française emmenée par le Roi de France, François Ier s'empare de Milan qui appartenait à Charles Quint. Le lendemain les Français mettront le siège devant Pavie.
  • François Ier y sera fait prisonnier le 24 févier 1525. Puis transféré en Espagne où il deviendra l'otage de Charles Quint. Grâce à la signature du traité de Madrid, le 14 janvier 1526, il sera libéré en échange de la Bourgogne et après avoir renoncé à l’Italie.
  • 1534 : Le navigateur français Jacques Cartier atteint l'embouchure du fleuve qu'il baptise du même nom que le saint du jour, Saint-Laurent. Il a réussi à convaincre le roi François Ier de financer un voyage pour découvrir le passage par le nord entre l'Océan Atlantique et Pacifique. Il ramènera de son voyage, des cartes et deux Indiens. Le roi impressionné donnera son accord pour qu'il entreprenne plus avant son expédition. Jacques Cartier viendra remonter le Saint-Laurent l'année suivante.
  • Par son ordonnance de Villers-Cotterêts (Picardie), le roi François Ier exige que tous les actes administratifs, politiques et judiciaires soient rédigés en français et non plus en latin. C'est une décision importante pour l'unification du royaume. Tous ceux qui parlent la "langue d'oïl", pratiquée dans le bassin parisien et le val de Loire, ont désormais accès aux actes officiels. Dans les faits, il faudra beaucoup de temps avant que l'édit royal entre partout en application. L'unité linguistique ne s'achèvera qu'au milieu du XXe siècle.
  • La guerre entre François Ier et Charles Quint s’achève avec la paix de Crépy-en-Laonnois. Le roi de France s’engage à renoncer aux conquêtes du Milanais, de l’Aragon, de Naples, de la Flandre et de l’Artois et l’empereur fait de même avec le duché de Bourgogne. Après des années de conflits, les deux belligérants commençaient à manquer sérieusement de moyens financiers.
Mort de François Ier
A 53 ans, le roi de France meurt dans son château de Rambouillet. Malade depuis des mois, il avait déjà reçu l'extrême-onction. Les funérailles du "Grand roi François" dureront deux mois. Le 24 mai son cercueil sera descendu dans la crypte de l'abbaye royale de Saint-Denis. Symbole de la Renaissance française, François Ier cède la place à son fils, Henri II, âgé de 28 ans.

 

 

 

 Fichier:Francis1-1.jpg
   
e
François Ier vers 1527 par Jean Clouet
huile sur toile, 96 × 74 cm
Paris- Musée du Louvre
   
 

 Les derniers Valois-Angoulême ;

Henri II (1547-1559), François II (1559-1560), Charles IX (1560-1574), Henri III (1574-1589)

  • Catherine de Médicis se marie avec le fils de François Ier, Henri II (mariage d'Henri d'Orléans avec sa nièce Catherine de Médicis à Marseille. Lorsque le Duc d'Orléans deviendra Henri II en 1547, Catherine de Médicis sera reine de France. Ensemble ils auront dix enfants.
  • Après 11 ans de mariage avec le dauphin Henri II (fils de François Ier), Catherine de Médicis donne naissance à un fils, François, futur François II. Marié à Marie Stuart d'Ecosse, il deviendra roi de France à 15 ans en 1559. Mais son règne, marqué par la domination des Guise, ne durera qu'un an et demi. François II mourra le 5 décembre 1560
  • Elle exercera la régence En effet, son frère Charles IX, âgé de 10 ans ne peut gouverner seul. La reine mère Catherine de Médicis assure la régence et gouvernera dans l'ombre de son fils jusqu'à sa mort en 1573 (elle coservero une influence importante sur lui).
  • Puis ce sera leur fils, qui deviendra Henri III qui sera appelé à régner.

Henri,amateur du luxe et des fêtes, sera un roi discrédité, resté sous l’influence de sa mère et montrant un gout ostentatoire pour ses "mignons".

 Il doit alors faire face aux rivalités religieuses qui n’ont pas cessé.
Le conflit s’achève ainsi avec l’édit de Beaulieu, qui octroie d’importants avantages au frère du roi, mais aussi aux protestants. Ceux-ci peuvent désormais jouir de la liberté de culte dans toute la France, à l’exception de la capitale. Ils obtiennent huit places de sûreté ainsi que l’égalité de représentation dans les chambres. De tels avantages ne peuvent que mécontenter les catholiques les plus fermes, qui formeront la Sainte Ligue, dirigée par Henri de Guise.

Henri III meurt poignardé par un moine fanatique, Jacques Clément. Le roi venait de se rapprocher de son adversaire protestant, Henri de Navarre, avec lequel il avait entrepris de soumettre les ligueurs. Avant de mourir, Henri III a le temps de faire reconnaître aux nobles Henri de Navarre comme son successeur. Ce sera l'avènement de la dynastie des Bourbons.

Voir les portraits d'Henri III en cliquant ici

 

 

Catherine de medicis

 

 

Charles IX, Roi de FranceHenri III, Roi de FranceHenri II, Roi de France

      François II                        Charles IX                             Henri III                                      Henri II