LES CAPETIENS

C'est une nouvelle dynastie, celle des capétiens. Pourquoi ce changement de dynastie ?

Hugues Capet est élu roi par ses pairs en 987 suite à la mort accidentelle lors d'une partie de chasse de Louis V, dernier représentant de la dynastie des Carolingiens. Après son élection lors d'une assemblée de ducs et de comtes à Senlis et sur proposition de l'archevêque Adalbéron, il est sacré roi à Noyon et fonde ainsi la dynastie des Capétiens.

Hugues Capet, roi de France en 987, (vers 941- 996)
par le baron Charles de Steuben (1788-1856)

Hugues Capet tient dans sa main gauche la main de justice

Par extension, "capétien" désignera le nom de cette dynastie royale, qui régnera en direct de 987 à 1328, puis par branches collatérales de 1328 à 1848 (sauf interruptions de la Révolution et de l'Empire de 1792 à 1714).

Après le règne de Charlemagne et particulièrement à partir de la fin du IXe, la royauté était devenue incapable d'assurer la paix : les invasions vikings ont particulièrement terrorisé la population. Cette perte de légitimité et de prestige de la royauté a directement bénéficié aux grands qui s'étaient révélés seuls à pouvoir assurer la sécurité de ceux qui se trouvaient sur leurs domaines.

Au lieu d'appartenir au roi, le pouvoir est morcelé au profit de puissants seigneurs locaux qui lèvent des impôts, font la guerre ou rendent la justice eux-mêmes dans leur fief. La France est ainsi un puzzle de seigneuries.

Pour illustrer ce manque d'autorité royale face aux seigneurs, on peut citer ce brutal dialogue, probablement imaginaire, qui aurait été tenu vers 990 par Hugues Capet et l'un de ses vassaux récalcitrants, Adalbert de Périgord : il témoigne de la fragilité de la dynastie capétienne à ses débuts :

  • Qui t'a fait comte ? demande Hugues Capet
  • Qui t'a fait roi ? répond son vassal
 

En 987, ni la longévité ni la puissance de la dynastie naissante n'étaient donc prévisibles !

- Enluminure - Remarquez les fleurs de lys qui sont le symbole de la royauté française.
le Dauphin est debout à gauche du roi

Quand Hugues Capet est élu roi en 987, la France ne connait plus de véritables invasions. Mais comme le pays a été souvent divisé, et de vastes territoires avaient été distribués aux grands seigneurs en remerciement de leurs services, les possessions directes du roi se trouvent réduites à un petit domaine dans l'Ile-de-France, le domaine royal.
Cependant le roi dispose d'un atout majeur qui lui donne de l'autorité sur les autres seigneurs qui, bien qu'ils soient ses vassaux, sont parfois plus puissants que lui. C'est que le roi est couronné et sacré par un évêque  et est ainsi reconnu comme roi de droit divin. Et comme l'héritier de Salomon. Ce sacre religieux assure au roi un pouvoir surnatuel qui le distingue de ses vassaux et lui garantit un prestige incomparable.
Mais le pouvoir de Hugues Capet, dit "le roi au chapeau," est illusoire en dehors du domaine royal. Il n'a ni la puissance, ni l'administration, ni les ressources financières suffisantes pour s'imposer dans les autres territoires. Son fils aîné, le Dauphin, est devenu l'héritier du trône et a été reconnu comme tel par les vassaux. La continuation de la dynastie, et donc une monarchie stable, étaient ainsi assurées.
Hugues Capet, premier roi capétien, établit sa capitale à Paris, centre de l'Ile-de-France. Paris présentait l'avantage d'être un port sur la Seine situé sur l'axe des futures routes marchandes. En l'an mil, Paris était limité à l'ile de la Cité au milieu de la Seine. Deux ponts de bois traversaient le fleuve, un de chaque côté. Paris avait aussi l'avantage d'être entouré d'épaisses forêts qui se prêtaient aux chasses royales.
Le roi a le droit de frapper la monnaie. Ce denier frappé sous Hugues Capet est en argent car l'or est toujours rare. Comme les grands seigneurs ont aussi le droit de frapper la monnaie sur leur territoire, on ne peut pas encore parler de monnaie royale ou nationale. Le droit régalien n'est que théorique.
Autour de l'an mil, le territoire sous l'influence royale s'agrandit peu à peu. Cependant, des duchés importants, comme la Normandie ou la Bourgogne, restent pratiquement indépendants et forment une menace pour la royauté.

De la longue période capétienne il suffira de retenir les noms de Philippe Auguste, le roi administrateur, de Saint-Louis, le roi chrétien, et de Philippe le Bel, le roi organisateur.
La chance des Capétiens, c'est d'avoir reglé les problèmes de succession par le principe de primogéniture, c'est à dire que la priorité est toujours accordée à l'aîné des enfants. On précise aussi que cet ainé doit être un mâle.

Philppe Auguste -

Philippe II Auguste, né le 21 août 1165, mort à 57 ans le 14 juillet 1223, sacré à Reims ev 1179, il a régné de 1180 à 1223. Il fut le premier à utiliser le titre de roi de France.

Le couronnement de Philippe Auguste, miniature du XV e

Couronnement de Philippe Auguste,
Grandes Chroniques de France, enluminure de Jean Fouquet, Tours, vers 1455-1460, BNF.

Rapidement, un adversaire redoutable s'oppose à lui : la dynastie anglaise des Plantagenêts puissamment installée dans l'ouest de la France et qui voulut en 1187 prendre le Languedoc. Mais Philippe Auguste parvient à s'allier à Richard Coeur de Lion et Jean sans Terre, les deux fils d'Henri II, contre leur père.
La mort d'Henri II en 1189 va mener naturellement Richard Coeur de Lion sur le trône d'Angleterre : il ne reste comme atout au roi de France que le dernier fils Jean sans Terre (ainsi nommé car il n'hérite d'aucun territoire) pour poursuivre sa stratégie.

Philippe Auguste et Richard partent en croisade où le roi d'Angleterre gagne son surnom de Coeur de Lion. Le roi de France (souffrant d'une maladie qui le rendra borgne et chauve) y reste peu longtemps et laisse Richard Coeur de Lion se couvrir de gloire (et de sang) en Terre Sainte.
Rentré en France, il ne cesse de nuire aux interêts de Richard (discrètement et indirectement car l'Eglise interdisait de toucher aux terres de ses bons serviteurs pendant qu'ils étaient en Terre Sainte), en favorisant les ambitions du prince Jean à qui Richard a laissé imprudemment la Régence. Jean cède au roi de France en janvier 1194 l'est de la Normandie (Le Vexin Normand), Le Vaudreuil, Évreux, moyennant mille marcs d'argent.

Au retour de la croisade en 1192, Richard est capturé par l'empereur Henri VI (empereur du Saint-Empire romain germanique) qui exige une énorme rançon. Le roi de France et bon frère de Richard, le régent, font tout ce qu'ils peuvent... pour que l'encombrant roi reste emprisonné le plus longtemps possible !  Finalement Richard est réconcilié avec Henri VI est libéré en 1194 et les hostilités entre France et Angleterre reprennent.Au siège du château de Châlus, le Roi Richardreçoit un carreau d'arbalète par la visière de son heaume. Il meurt et Jean sans Terre lui succède sur le trône d'Angleterre.

Pendant la quatrième croisade qui a lieu ente 1202 et 1204 et à laquelle Philippe Auguste ne participe pas, la guerre franco-anglaise se poursuit entre Jean sans Terre et Philippe Augustequi trouve un prétexte pour confisquer le Maine, l'Anjou et la Normandie au roi anglais.

Donjon de château Gaillard

6 mars 1204 : prise par Philippe Auguste du château Gaillard

Jean sans Terre réussit à coaliser contre la France l'Angleterre, l'Empire (germanique) et les Flandres. La même année, le roi Jean se fait battre par le prince Louis (futur Louis VIII) à la Roche aux Moines tandis que Philippe Auguste met en déroute à Bouvines les armées coalisées anglaise, impériale et flamande qui disposaient pourtant d'une supériorité numérique écrasante.

Les barons anglais offrent la couronne d'Angleterre au prince Louis. Malheureusement, le roi Jean choisit ce moment pour mourir, et les barons anglais se rallient à son fils, Henri III(encore enfant).
Le prince Louis doit négocier et payer son départ précipité ! (En 1217)

 

 

France après Bouvines

Philippe Auguste juge la monarchie capetienne et le principe d'hérédité suffisamment bien implanté pour ne plus avoir besoin de faire sacrer le fils aîné du vivant du père. C'est la première fois qu'un Capétien procède ainsi.

Il meurt le 14 juillet 1223 à Mantes, sou fils Louis VIII lui succède.

Toutes les possessions de l'Empire Plantagenêt ont été récupérées, sauf l'Aquitaine - Philippe Auguste a quadruplé le domaine royal), construction de nombreux châteaux - dont le Louvre médiéval à Paris et le château Bouvreuil à Rouen  -  fortifications autour des villes, dotations d'un début d'administration (Philippe Auguste créé les baillis et les prévôts, et il transforme les sénéchaux féodaux en agents royaux).
La tendance est maintenant inversée : le roi est plus puissant que chacun de ses vassaux ; son pouvoir ne va dès lors cesser de croître, tandis que la Féodalité va reculer inexorablement. Philippe Auguste est le premier des Grands Capétiens.

 Blanche de Castille -

 Elle exerce une première fois la Régence à la mort de louis VIII au nom de son fils Louis IX, le futur saint Louis, encore trop jeune ( il n'a que 12 ans) qui régnera finalement jusqu'en 1234.
La petite- fille d'Aliénor d'Aquitaine mis au Monde 11 enfants dont l’aîné, Louis IX, monta sur le trône.

Saint -Louis et Banche de Castille (Vitrail de l'église d'Ivry)

Les grands féodaux de France n'attendaient qu'un affaiblissement du pouvoir royal pour relever la tête et tenter de s'affranchir du pouvoir du roi. Le début de la régence fut donc très difficile pour Blanche de Castille, car il lui faut lutter à plusieurs reprises contre les grands féodaux, soutenus par le roi d'Angleterre. Elle vint à bout de cette révolte des grands féodaux et mit fin à la Croisade contre les albigeois (L'héresie cathare, doctrine aux origines orientales, se développe à partir de l'an 1000 et s'implante profondément dans le Midi de la France à partir de 1160, en particulier en Albi, d'où le nom d'Albigeois donné aux Cathares).
Elle agrandit le domaine royal de la moitié du comté de Toulouse.
Elle transmit à Saint-Louis une piété religieuse intransigeante ainsi qu'un sens très élevé de la fonction royale.

 

Louis IX dit Saint-Louis ( 1226-1270)

Louis IX de France, plus connu sous le nom de Saint Louis depuis sa canonisation par l'Église catholique romaine en 1297, est né le 25 avril 1214 à Poissy et mort le 25 août 1270 à Tunis pendant la huitième croisade. Il fut roi de France de 1226 à 1270, neuvième de la dynastie des Capétiens directs.

Très mystique, Saint Louis décide de partir en croisade. Réputé pour sa piété, Louis IX se taille, grâce aux croisades, une réputation de roi diplomate et juriste dans toute l'Europe. Les royaumes font appel à sa sagesse dans les affaires complexes.

Saint Louis décide de repartir en Croisade, avec son fils le prince Philippe (futur Philippe III,le père de Philippe le bel) mais sans le fidèle Joinville. Il n'ira pas plus loin que Tunis où il mourra de la dysentrie (et pas de la peste comme on le dit généralement). Même si on parlera encore de Croisade pendant des décennies, c'est la dernière de ces expéditions qui s'achève, sans même avoir atteint la Terre Sainte.

Saint Louis

Saint Louis par Bartholomeo Vivarini vers 1477      Louis IX dit "Saint Louis" Portrait de Louis IX par Le Greco
                                 © Musée du Louvre

Dès le début de son règne, Saint Louis souhaite se doter d'un débouché sur la Méditerranée qui fait alors cruellement défaut à son royaume : c'est dans ce contexte que le roi fait construire le port d'Aigues Mortes.

 

Philippe IV Le Bel (1268-1314)

Philippe le Bel est le premier roi à régner sur la France et la Navarre (couronne qu'il tient par sa femme la reine Jeanne de Navarre).

Le règne de Philippe le Bel  commence en 1285. Il dote la France d'un gouvernement efficace et moderne.
L'œuvre administrative de Philippe le Bel est colossale. Il réforme la justice et met en place une administration efficace et très centralisatrice. Il s'entoure de légistes (les « chevaliers ès-loi ») souvent issus du Tiers Etat et choisis pour leurs compétences et non pour leur naissance (au grand dam des grands féodaux !)

Il s’oppose au pape Boniface VII. Le pape Clément V est élu en 1305.
Celui-ci choisit Avignon pour demeure, à proximité des possessions pontificales du comtat venaissin. Néanmoins, le choix de quitter Rome répond à des besoins stratégiques et à des pressions politiques: Avignon occupe une position plus centrale que Rome au coeur de la chrétienté occidentale, sa position est moins soumise à l'influence des empereurs germaniques, et c'est également une manière de s'éloigner d'une population romaine parfois trop agitée.
En revanche, choisir Avignon signifie pour le pape de se soumettre au roi de France: en 1311-12, Clément V, sous pression, accepte de dissoudre l'ordre Templier, au grand bénéfice de Philippe le Bel.

Fichier:Façade du Palais des Papes.jpg

Palais des papes à Avignon

A la mort de Philippe le Bel, la petite monarchie capetienne est devenue une grande dynastie, qui dirige de manière incontestable le pays le plus riche, le plus peuplé, le mieux organisé et le plus prestigieux de l'Europe. Le roi laisse trois fils, bien plus que nécessaire pour assurer sa succession. La France apparaît inattaquable. 
Et pourtant… L'époque tant décriée de ce roi apparaîtra comme à un âge d'or aux générations suivantes qui auront à endurer les malheurs de la seconde guerre de cent ans.

La lignée des Capétiens directs s’éteint avec Charles IV le Bel (r. 1323 - 1328), dernier des trois fils de Philippe IV. Il parachèvera l’œuvre de son père.

Dossier: Hommage d'Edouard Ier à Philippe le Bel.jpg

Hommage d'Edouard 1er à Philippe le Bel
Les Grandes Chroniques de France, Bibliothèque Nationale, Paris. 
Reproduction dans "Les Rois de France», Hachette.

 Philippe IV le Bel a eu 3 fils  sans héritier mâle (le fils cadet de Philippe le Bel a réussi  à faire entériner par une assemblée de grands,"que les femmes ne succèdent pas à la couronne de France".

Il a donc fallu trouver une lignée collatérale aux capétiens directs. ce sera celle des comtes de Valois :
- Charles, frère de Philippe le Bel, est ce comte de Valois qui sera le fondateur de la dynastie des Valois mais qui ne régnera pas ( étant mort en 1325, pendant le règne du dernier fils de Philippe le Bel, Charles IV le Bel). Ce Comte de Valois aura un fils : devenu roi de France en 1328 sous le nom de Philippe VI de Valois