Fichier:Royal Crown of France.svg

Souverain : Personne qui exerce le pouvoir suprême (= monarque) :  dans une monarchie dirigée par un roi qui exerce son autorité solitaire  et absolue sur un royaume ; le souverain peut aussi prendre le titre d'empereur, il exerce son autorité sur un empire.

Sacre : cérémonie religieuse qui donne sa légitimité au souverain qui montre un lien étroit entre Dieu et ce souverain. Parfois ce souverain est considéré comme chef de l’Église.

Dynastie : la royauté est héréditaire (autres règles de succession : au début des dynasties, partage du royaume entre les fils du roi défunt, puis selement à l'ainé des fils). Quand les prétendants n'appartiennent pas à la famille royale antérieure, il y a changement de dynastie. Ex : la dynastie des capétiens. Les rois capétiens sont de la même lignée.

Roi : homme qui en vertu de son héridité (compte tenu des règles de tansmission du pouvoir) ou plus rarement de son élection (par les "grands" personnages du royaume)

Roi Divin ou Royauté de droit divin : dans la royauté de droit divin, le roi exerce seul la souveraineté du pouvoir dans son royaume

Royauté constitutionnelle : au contraire de la royauté de droit divin, dans la royauté constitutionnelle, le pouvoir du roi est soumis à une constitution.Ex : le Royaume-uni  est une monarchie parlementaire où le souverain n'a qu'un pouvoir symbolique. Le pouvoir est détenu par le chef de la majorité parlementaire, nommé par le roi ou la reine, premier ministre responsable devant la chambre des communes élue pour 5 ans. ( Cette chambre est l'une des chambres du Parlement, l'autre étant la chambre des lords ; on dit que le parlement est bi-caméral).

Restauration : rétablissement d'une dynastie  précédemment écartée du pouvoir

Empereur :Souverain détenteur du pouvoir suprême (généralement sur plusieurs états)

Régence : période pendant laquelle le royaume est gouverné par une autre personne que le roi dans l'impossibilité d'exercer le pouvoir.

                                                                     °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Sources : aux éditions FIRST "Rois de France" de Jean- Baptiste Santamaria
               Atlas historique Hachette.
               Sites internet : Les personnages historiques - Les Capétiens, HIStoire - l'Empire carolingien,
Histoire de la Guerre de Cent Ans - L'Internaute Magazine...

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Le premier règne sur le royaume de France, fut celui de Pépin le Bref, en 751.

Fichier:Pippin the younger.jpg

Pépin le Bref
(vue d'artiste : peinture de Louis Félix Amiel commandée par Louis Philippepour le musée historique de Versailles en 1837)

Ce fut le premier roi carolingien, le premier roi de France et non des Francs.
La France telle que nous la connaissons aujourd’hui n’existe pas à cette époque des francs :

  • En effet, les barbares se sont partagés la partie occidentale de l’Empire romain : le dernier empereur est déposé en 476.
  • La Gaule romaine est partagée entre plusieurs peuplades (Burgondes, Wisigoths...). Parmi eux, les Francs ne sont à l’origine pas les plus puissants, et les terres qu’ils occupent ne constituent finalement qu’une minuscule partie de notre actuelle France : le centre de gravité de leur « Etat » est davantage centré sur la Belgique actuelle. C’est pourtant eux, de cette base, qui vont progressivement unifier les royaumes barbares sous leur domination.
  • La France, dans ses limites actuelles, est relativement récente (en gros : fin du XVIIIe siècle). Certaines parties de notre territoire furent gouvernées par des souverains que nous qualifierions aujourd’hui d’étrangers.
    Il faut se souvenir que la Corse n’est française que depuis 1768 (gouvernée auparavant par les Génois), la Savoie depuis 1860 (la dynastie des Savoie qui la gérait obtint par la suite la couronne d’Italie)... c’est-à-dire depuis récemment, comparé à la Guadeloupe ou la Martinique ! 
    Dans cet article, vous l'avez compris, nous nous limiterons aux rois qui régnèrent sur le Royaume de France, à commencer par Pépin le Bref et par le Mérovingien, Clovis.

Les dynasties des rois de France furent celles :

 des CAROLINGIENS, ROBERTIENS, CAPÉTIENS, VALOIS, BOURBONS et des ORLÉANS.

                                                                                    °°°°°°°°°°°°°°°°°

Nous dirons quelques mots de la dynastie qui a précédée, celle des Mérovingiens qui construisirent l'unité des francs qui étaient divisé au départ.
Clovis fut le premier roi des francs qui devint Chrétien et qui donna à Paris son statut de métropole principale du royaume.
Clovis fonde la monarchie franque et prend Paris pour capitale, ce qui sera la base du pouvoir mérovingien. 
Converti, il assure le triomphe du christianisme
: un homme extrêmement fier, il fut le premier souverain barbare qui s'est converti au christianisme.

Image

Clovis sacré roi des Francs à Reims par l’évêque Saint-Rémi

Selon l'usage patriarcal, ses descendants se partagent le royaume qui, après Dagobert, est divisé en trois États. 
Le désordre règne. L'incapacité des «rois fainéants» livre le pouvoir aux maires du palais. Ce sont eux qui inventèrent ce qualificatif, justifiaient-ils ainsi leur prise du pouvoir ? Viendra la dynastie des carolingiens.

La culture et l'enseignement se réfugient dans les cloîtres et les paroisses: c'est dans les écoles chrétiennes qu'une nouvelle culture va naître.

 Cette dynastie a régné du 5 ème au 7 ème siècle.

LES CAROLINGIENS

Cette nouvelle dynastie tirent son nom de Charlemagne, dont le père était Pépin le bref,premier roi carolingien  dont nous avons déjà parlé et lui-même fils de Charles Martel.

  • Pépin le Bref ( cela veut dire, petit) consolide son pouvoir dans le royaume Franc en reconquérant les derniers territoires aux mains des Sarrasins et en faisant revenir l'Aquitaine dans le royaume. Il entretient la collaboration avec le Saint Siège pour qui il conquiert les Etats Pontificaux.
  • Son fils Charlemagne(qui donne son nom à la dynastie carolingienne) poursuit sa politique de soutien à l'Eglise. Il conquiert un vaste territoire (actuelles France, Belgique, Pays Bas, Allemagne, Suisse et nord de l'Italie). A l'organisation chaotique des Mérovingiens, il substitue une organisation centralisée : ses ordres (les capitulaires) sont transmis à des fonctionnaires (tout ce qu'il y a de plus révocables et dont la charge n'a rien d'héréditaire) ayant la délégation de tous les pouvoirs localement : les comtes. Des messagers-contrôleurs, les missi-dominicci, sont chargés d'inspecter le travail des comtes.

Fichier:Sacre de Charlemagne.jpg

Sacre de Charlemagne

Grandes Chroniques de France, enluminées par Jean Fouquet, Tours, vers 1455-1460

  • C'est la naissance du Saint Empire Romain Germanique (même s'il ne porte pas encore ce nom), l'Empire des Carolingiens.

A la mort de Charlemagne (En 814),  il ne lui reste qu'un seul fils : Louis. Il n'y a donc pas de problème de succession.

  • Mais Louis 1er,influencé par le clergé, laisse l'Empire passer complètement sous l'autorité morale de l'Eglise. Il récupère cependant sa couronne et partage l'empire carolingien entre les petits-fils de Charlemagne :
  •  Louis le germanique reçoit la Francie orientale ou Germanie (la future Allemagne).
  • Lothaire reçoit l'éphémère Lotharingie (qui ne lui survivra pas longtemps et sera séparée entre les deux autres royaumes).
  • Charles le Chauve, d'abord destiné à régner en Germanie, reçoit la Francie Occidentale, qui deviendra la France.

Partage au traité de Verdun

Partage dit du traité de Verdun en 943

  • Après 800, la pression des Vikings s’accentue :

ils remontent les fleuves à bord de leurs navires à fond plat, et pillent les trésors des abbayes avant de s’en retourner en Scandinavie. Pour l'heure, il ne s'agit que d'expéditions de courtes durées : les Normands pillent, emportent des biens, et repartent, le plus souvent après avoir incendié les lieux. Ces attaques ne terrifient pas moins la population, par leur vitesse, leur violence, et aussi parce qu'elles touchent les églises, qui, depuis l'instauration du christianisme, n'avaient jamais été attaquées. En 841, les Normands attaquent l’abbaye de Jumiégeset la ville de Rouen ; les moines doivent s’enfuir devant les dangers de razzias, emportant avec eux les reliques de leurs saints.
L'île de Noirmoutierest elle aussi à plusieurs reprises la cible des Normands, tant et si bien que les moines abandonnent leur monastère et s'installent à environ vingt-cinq km au sud de Nantes. En 843, Nantes est prise et une partie de la population est massacrée. Dans le deuxième tiers du ixe siècle, la plupart des villes situées sur les fleuves sont visitées par les Normands.

 Cependant, leur installation la plus solide se fait à l’embouchure de la SeineSeine sous la conduite d’un certain Rollon , puis en Basse-Seine, tandis que d’autres Vikings s’installent en Bessin, en Cotentin, sur tout le littoral et le long des cours d’eau, ainsi que dans l’intérieur (Pays de Caux) : ces régions composeront le duché de Normandie lorsque le jarl viking d’origine norvégienne (ou danoise) Rollon reçoit du roi carolingien Charles le Simple, par le traité de Saint-Claic -sur-Epte(911), le comté de Rouen et tout le territoire entre l'Epte et la mer.       

cathedrale de cefalu - duomo normand

Les Normands ont également laissé leur marque dans le paysage avec des cathédrales, comme celle de Roger II à Cefalù (Sicile).                                                                                

Issue de l'installation des Scandinaves autour de Rouen et de la basse Seine en 911, la Normandie a atteint pour l'essentiel ses limites géographiques dès le Xe s. Au siècle suivant, le duché est une des plus puissantes principautés territoriales du royaume de France et a gardé des liens étroits avec le monde nordique et anglo-saxon.
Riche d'une longue expérience politique et militaire, le duc de Normandie, Guillaume "le Bâtard" est assez fort pour entreprendre en 1066 la conquête du royaume d'Angleterre, et défaire le roi anglo-saxon Harold à la bataille d'Hastings. Guillaume de Normandie deviendra "Guillaume le Conquérant".

Après la mort de Guillaume "le Conquérant", le royaume anglo-normand est partagé entre ses deux fils aînés, mais, après 1106, il est tenu de nouveau solidement par le troisième d'entre eux : Henri I Beauclerc.
A la mort d'Henri I en 1135, sa succession est disputée entre sa fille, Mathilde l'Emperesse, mariée au comte d'Anjou, et son neveu, Etienne de Blois. La situation est finalement réglée par l'accession au trône du fils de Mathilde, Henri II Plantagenêt qui régnera sur un immense domaine allant de l'Aquitaine aux confins écossais.

gisans d'Alienor d'Aquitaine et d'Henri II Plantagenêt,

Gisans d’Alienor d’Aquitaine et d’Henri II Plantagenêt à l’abbaye de Fontevraud

L'affirmation progressive des monarchies féodales en Anglecomme en France conduit à la dislocation de cet ensemble symbolisée par le rattachement de la Normandie au domaine du roi de France, en 1204

 Le climat d’insécurité a donc accéléré la décomposition du pouvoir carolingiens.

La dynastie des carolingiens se terminera avec Louis V le fainéant en 987. Après un règne d'un an, il meurt à 20 ans des suites d'un accident de chasse.
Les "grands" choisissent Hugues Capet pour nouveau roi plutôt que le prétendant carolingien Charles de Basse-Lorraine.

Suite au prochain article.