1 -   Touche pas à mon panneau de radar, touche pas à ma bagnole. N'augmente pas mon essence.

 Le prix de l’essence élevé est vertueux pour nos économies d’énergies en tant que consommateurs, c’est aussi la meilleure incitation à la recherche et au développement de motorisations et d’équipements moins énergivores. Si vous voulez des énergies alternatives et consommer moins au kilomètre, le prix de l’essence ne doit pas baisser. Entretenir le prix de l’essence à la hausse, c’est aussi prolonger les réserves par l’incitation aux économies, et préparer, sur de très longues échéances, la mutation énergétique nécessaire.

Les transports sont responsables de :

  • 26,5% des émissions de gaz à effet de serre en France.
  • 84% des kilomètres parcourus en transport le sont en voiture.

Il existe des alternatives:
- Choisir des voitures écologiques: très faible consommation, hybride, tout électrique, à hydrogène....
- Rouler de façon plus intelligente en maîtrisant sa consommation
- Diminuer l'usage de la voiture au profit du vélo, du vélo électrique, du scooter électrique
- Privilégier le train à la voiture pour les trajets longs, même si l'électricité nucléaire alimentant le train en France est loin d'être une énergie sûre.
- Diminuer autant que possible les déplacements en avion

La prise de conscience environnementale s’essouffle aujourd’hui car c’est une préoccupation de long terme, quasi indolore, dépassée par des préoccupations beaucoup plus tangibles et anxiogènes au quotidien.

 Le Velo Electrique FUTURO, batterie Gel Plomb - Loisir & Jardin : VAE : Vélo à Assistance Electrique2 -   DSK absout par les élites masculines (journalistiques : Kahn ; politiques : Lang, Badinter, strausskahniens ; littéraires : Lévy). Comportement de DSK envers les femmes (cliquez ici pour voir une vidéo de RMC).

3 -   Fukushima : la radioactivité a touché des sites plus vastes que les lieux d'évacuation.

Emportés par le feu roulant de l'actualité, nous avons souvent du mal à mesurer la portée des événements auxquels nous assistons : mais les trois mois qui viennent de s'écouler marqueront assurément un tournant de l'histoire du nucléaire.

Fukushima : des réactions en chaîne

Jusqu'ici le nucléaire était un sujet très fermé, seulement rythmé par les protestations spectaculaires des manifestants antinucléaires. Mais soudain, une catastrophe majeure survient au Japon, l'on en découvre progressivement la gravité et l'ampleur des conséquences sur l'environnement.

En quelques semaines, les événements se succèdent : des choix politiques de sortie du nucléaire en Allemagne, Suisse et Italie, la décision de mener en Europe des « stress tests » pour analyser la sûreté des installations existantes, l'ouverture d'un débat enfin argumenté sur les enjeux du nucléaire en France, malgré la confirmation par le gouvernement et le président du choix prioritaire du nucléaire.

Derniers actes de cette séquence sans précédent : l'éviction d'Anne Lauvergeon de la tête d'Areva, le champion français du nucléaire qu'elle avait présidé depuis sa création il y a dix ans, et la volonté affirmée hier par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) de jouer un véritable rôle de gendarme international en vérifiant systématiquement et régulièrement la sûreté de toutes les centrales nucléaires.

Six mois après la catastrophe nucléaire, les Japonais sont loin d'avoir tourné la page du drame de Fukushima... D'autant plus que le manque de communication du gouvernement nourrit le sentiment d'inquiétude de la population.

fukushimacartejaponaiseslauvergeon

L'OCDE lance l'indice "bien-être" et classe les pays selon 11 critères : la France est  7ème, avec une note de 6.8/10.

 L'OCDE lance un outil pour mesurer le bien-être | CAP21 | Scoop.itOCDE - Index Mieux Vivre

"Il y a plus dans la vie que les chiffres froids du PIB et les statistiques économiques". C’est cette phrase qui accueille le visiteur venu sur le site de l’indice interactif "vivre mieux" de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Le G8 est grignoté par les pays émergents :

Part du PIB des pays du G7-G8 par rapport au PIB mondial : 1975 : 64,02 % ; 1993 : 68,42 % ; 2010  : 42.49 % ;
Part de la population                          "                              1975 : 14,11 % ; 1993 : 12,20 % ; 2011 : 12,81 %.   

G8_plantations
Les écolos du G8

L'Europe s'accorde sur un texte minimum sur la sureté nucléaire, texte qui exclut le terrorisme.      

dyn002_original_300_403_gif_2503465_868f5e9bbeba5d8fb466e20d27675b5a.gifdyn002_original_300_403_gif_2503465_868f5e9bbeba5d8fb466e20d27675b5a.gif