Pissarro qui a peint cette grande ville normande : Rouen; et l'ile de France...et le fleuve, la Seine qui arrose Paris.

On retrouve sur Youtube et sur Dailymotion des vidéos sur son œuvre en général ou sur sa peinture de le Seine à Rouen : cliquez ici

Nous aurons de Pissarro un aperçu de son œuvre au travers de différents thèmes que j'ai abordés dans un ordre aléatoire:
Après une introduction, son éducation artistique.
Comment est-il devenu peintre? Quelle a  été son évolution ?
Nous illustrerons les thèmes suivants :

  1. la campagne, les villages, les travaux des paysans, leur repos, les jardins, les arbres...
  2. les natures mortes et en particulier ses magnifiques fleurs.
  3. la Seine jusqu'à son estuaire, l'eau vivante des fleuves, rivières, l'eau qui lave ou désaltère, les ponts
  4. les rues des villes et particulièrement à Paris
  5. les autres villes : le havre et son port, Dieppe, la mer, les bateaux
  6. les autoportraits
  7. les Antilles
  8. les peintres qu'il a influencés ou dont il fut le maitre et l'ami (Pissarro et Cézanne)
  9. le pointillisme, le divisionnisme
  10. les aquarelles et les dessins divers
  • ...

Cet article ne contiendra que l'introduction, et les parties 1 et 2 des thèmes.( Suite dans les prochains articles)

ll est né en 1830 d'une famille bourgeoise, aisée, qui habitaient les Antilles.

Né en 1830 à Saint-Thomas des Antilles dans une famille bourgeoise, Camille Pissaro arrive très jeune à Paris. Doué pour le dessin, il décide de se consacrer à la peinture à partir de 1855 après une rencontre avec le peintre danois A.Melbye. Il fait rapidement la connaissance de Corot puis de Monet, et se consacre dans un premier temps à des travaux d' études en parcourant les rues des villes, ou la campagne.
Il se contentera de travailler occasionnellement à l'"Académie Suisse". Cet atelier parisien prestigieux créé en 1815, successivement dirigé par David, Gros, Delaroche, et sous la direction du peintre suisse Charles Gleyre depuis 1844,  mettait à la disposition des jeunes artistes un atelier et des modèles. L'Académie Suisse ne dispensait pas de cours, mais permettait aux jeunes peintres d'étudier ensemble le nu, le prix d'un modèle étant trop élevé pour un seul artiste. C'est là qu'il fera la connaissance de Monet en 1859, de Guillaumin et de Cézanne en 1861.
C'est en 1863 qu'il expose pour la première fois au "Salon des refusés" et il se lie d'amitié peu après avec Cézanne. 

Pissarro est le premier artiste que l'on peut rattacher réellement au mouvement impressionniste.
Dans les années 1870, c'est en effet l'académisme qui règne dans les salons     officiels. De jeunes peintres en rébellion contre ce formalisme des salons, dont Pissarro, trouvent un lieu pour exposer leurs œuvres, dans l' atelier du photographe Nadar.
L'une des toiles de Monet, "Impression, Soleil levant", parmi d'autres est montrée là pour la première fois, et déchaîne  la critique qui ne voit pas là le titre d'un tableau digne de ce nom .
La nouveauté de l'impressionnisme tient dans le fait que style et la technique picturale dissocient les formes et les couleurs pour imposer de multiples nuances aux sujets représentés. Il veut traduire ce que l'œil perçoit, sans qu'aucun préjugé     littéraire ou culturel ne vienne influencer la vision et la réalité vivante. Ce sont les expériences réalisées sur les couleurs et le  chromatisme par le chimiste Chevreul, dont ces peintres s'inspirent  pour montrer dans leurs tableaux que les ombres ne sont pas noires ou grises mais colorées.

Cet équilibre obtenu entre la vision et l'émotion est l'un des grands principes de l'impressionnisme.

                                                                           Rives de la Marne à chennevières (1864)

Pissaro joue avec les refflets du ciel sur l'eau dans ce paysage des débuts.

Camille Pissarro participe à ce débat avec une prédilection marquée pour la représentation de paysages ruraux. Ayant pris ses distances avec Corot et l'école de Barbizon, il veut privilégier avant tout la couleur, et les effets de lumière sur l'eau ou dans les nuances d'un paysage ou d'un ciel.
C'est avec Cézanne auprès de qui il travaille à Pontoise, que Pissarro structure son style.
Avant Pontoise Pissaro avait vécu avec sa famille à Louvecienne pour y peindre la nature changeantes des paysages, en fonction de la lumière des saisons. Il y vécut, depuis janvier 1869 jusqu'en juillet 70
, date du commencement de la guerre contre les prussiens. Il y revient en 1871 et constatant que tout avait été saccagé il partit pour Pontoise.

La "Période de Pontoise" (1872 -1884) est marquée par l'influence de l'art de Cézanne. C'est pendant cette période aussi  que sous l'influence des sciences et de la philosophie, le groupe des impressionnistes, à la recherche de nouvelles formules, se disperse.

 

Pissarro rue à Pontoise

Une rue à Pontoise

Il se sert des modulations de couleur pour suggérer la profondeur spatiale tout en gardant une grande rigueur dans la composition. Ces qualités que l'on retrouve chez son élève Cézanne font de Pissarro un peintre bien plus considéré aujourd'hui qu'il ne le fut par le passé.          

A Pontoise, il travaille avec Guillaumin, rendant de nombreuses visites à Auvers-sur-Oise au docteur Gachet qui soigne sa mère.

 



La côte du Jallais à Pontoise (1867)

Au cours de la guerre de 1870, Pissarro, de nationalité danoise,  après un bref séjour en Bretagne, se réfugiera à Londres auprès de Monet. Il laissera derrière lui tous ses tableaux à Louveciennes, ainsi que ceux que Monet lui avait laissés en dépôt. Ceux-ci serviront aux Prussiens de planches à débiter la viande et seront pour la plupart détruits. Sur les bords de la Tamise, Pissarro découvrira le travail de John Constable, Joseph M.W. Turner et de Richard Bonington.

Après la guerre, il retourne s'installer à Pontoise, où il restera dix ans. 

Un moment important dans l'histoire de la peinture est la collaboration entre Pissarro et Cézanne du printemps 1872 à la fin mai 1874.
 Cézanne va s'approprier la façon de peindre des impressionnistes tandis qu'il conforte Pissarro dans sa volonté de réaliser des compositions construites avec une picturalité autonome...
1874 fut l'année de la première exposition impressionniste. Pissarro, doyen des Impressionnistes, participera aux huit expositions du groupe.
La critique ne reconnaîtra le talent de Pissarro qu'à la fin des années 1870. Celui-ci répondra aux attentes du public en se consacrant davantage à la décoration. Ses moyens financiers lui permettront d'acheter une maison à Eragny en 1884. Il y restera toute sa vie.         
Vers la fin 1882, Camille quittait Pontoise pour s'établir à Osny, un village voisin de Pontoise, où il poursuivit son œuvre, parfois en compagnie de son ami Paul Gauguin, qui fait alors partie de son cercle de disciples, au même titre qu'Armand Guillaumin, et Cézanne qui passe de temps à autre chez lui.             

  1. la campagne, les villages, les travaux des paysans, leur repos, les jardins, les arbres.

De cette époque, son œuvre évolue, aux simples paysages s'ajoutent désormais des scènes de rue, de marché avec de nombreux personnages, d'intérieurs avec des paysans. Le peintre paysagiste devenait également peintre de figures.
Sa palette aussi évolue, vers plus de contraste dans les couleurs et des touches de plus en plus petites. Le tissage de la surface picturale est composé de particules de pigments d'égale valeur.

Pissarro Faneuses à éragny

Faneuses à Eragny (1901)

 

http://www.lemondedesarts.com/images/Pissarro24.jpg

C. Pissarro " Jeune Paysanne prenant son Café "
    1881 Huile sur toile 64 x 54 cm 
© Art Institute Chicago




http://www.lemondedesarts.com/images/Pissarro32.jpg

La charcutière au marché (1880)

 

http://www.reproarte.com/files/images/P/pissarro_camille/0035-0091_baeuerin_mit_kind_im_feld.jpg

1881 - Paysanne avec un enfant dans un champ

 

2 - Les natures mortes et en particulier ses magnifiques fleurs.

http://www.marcomarcucci.com/PISSARRO/Pissarro-Opere/Pissarro-Opere-files%5Cnatura%20morta.jpg

Nature morte (1867)

 

pissaro-nature-morte-a-la-cafetiere.1280649098.JPG

Camille Pissaro  1830-1904 -  Nature morte à la cafetière

 

null

Camille Pissaro, Nature morte aux pommes et pichet, 1872,
Met New York

Pissarro est influencé  par Cézanne qui le pousse à peindre des natures mortes. Mais chacune des toiles qu'ils réalisent dénotent leurs caractéristiques propres.

Quelle toile est de Pissarro ?
  Bouquet  de pivoines
   roses                                  Deux vases de fleurs
(vers 1973 pour les 2)

Dans les premières années, natures mortes et paysages peuvent montrer une certaine « parenté dans l’approche de la vie silencieuse » ou dans des motifs rustiques, ainsi qu’un même emploi de la technique du couteau à palette et de tonalités sombres et sourdes.
Mais déjà Cézanne se montre plus synthétique et adopte une pâte plus épaisse (
Deux Vases de fleurs), là où Pissarro accorde une plus grande attention aux détails et excelle à rendre l’intimité de l’atmosphère par une touche aérienne qui anticipe les natures mortes tardives de Manet (Bouquet de pivoines roses).


Nature morte de Manet peinte en 1863 "Fruits sur une table"


            La maison du pendu       La causette chemin du chou
(Laquelle est de Cézanne ?)

 

http://peintres.celebres.free.fr/AA_IMG/pissarro2.jpgBouquet de fleurs

http://cache2.artprintimages.com/p/LRG/51/5136/DHNEG00Z/art-print/camille-pissarro-bouquet-of-flowers-bouquet-de-fleurs-circa-1898.jpgBouquet de fleurs (1898)

 

"Bouquet de lilas," by Camille Pissarro,
oil on canvas, 27 by 33 inches, 1876