Ces 2 mots accolés font penser à l'idéologie du front national qui voit dans l'agitation des jeunes des cités une guerre des immigrés, incapables de s'intégrer comme les autres immigrés d'avant (Portugais, Italiens, Polonais...) parce que venant d'Afrique et étant pour la plupart musulmans, au contraire des autres.

http://www.dijonscope.com/files/posts/6168-freche-et-l-identite-nationale-copie.jpg

Il y avait bien une version soft des raisons de cette non-intégration, mais sous peine d'être taxé de raciste, ou de discrimination ou de mauvais républicains pour qui tous les citoyens sont égaux,
Celle-ci ne s'exprimait que très peu. La gauche évoquait à peine le conflit de cultures des nouveaux arrivants avec le pays d'accueil, mais aujourd'hui grâce à la sortie d'un livre de sociologie à prétention scientifique, ce tabou de la culture inadéquate des immigrés (ou des jeunes issus de l'immigration qui n'ont d'ailleurs pas été confrontés directement à la culture africaine) dans un pays européens, semble sauter.

http://www.closermag.fr/storage/images/news-people/dernieres-news/journee-de-la-femme-rachida-dati/2654026-1-fre-FR/Journee-de-la-Femme-Rachida-Dati_closer_news_xlarge.jpg

Ces thèmes ( ainsi que celui de la sécurité) suscitent de nombreux débats qui sont souvent polémiques et passionnels. De nombreux articles ou livres sont publiés, des discours sont tenus par les hommes politiques de tous bords tant le sujet intéresse les foules. (Bien que le débat sur "l'identité nationale" animé par les préfets, n'ait pas passé les élections régionales, tant il sentait l'opposition entre les bons et les mauvais Français).

http://photo.autonews.fr/divers/bustremblay-home-avec-credit/1102809-1-fre-FR/bustremblay-home-avec-credit_headerphoto.jpg

Certes des quartiers entiers sont les lieux de scènes violentes et spectaculaires, la criminalité y progressent avec le commerce de produits illicites, les luttes entre bandes rivales peuvent parfois dégénérer, les services publics peuvent être vandalisés, ce n'est pas un fantasme de petites gens affolés...
Les observateurs objectifs ne le nient pas non plus mais ne confondent pas les images chargées d'émotion, délivrées par les médias avec les enquêtes objectives des travaux véritablement scientifiques.
Les politiques de bonne foi qui veulent prendre la défense des défavorisés de la société feraient bien de prendre garde aussi de ne pas renforcer le discours ouvertement xénophobes ou machiavéliques de leurs opposants.

http://photo.parismatch.com/media/photos2/actu/politique/martine-aubry6/1548183-1-fre-FR/martine-aubry_articlephoto.jpg

Parfois l'accent est mis sur l'absence de culture qui toucherait certains émigrés qui seraient des psychopathes, impulsifs comme des animaux inaccessibles au sens moral et à la raison.
Cette absence de culture est parfois aussi présente dans les discours misérabilistes qui excusent les comportements violents en dédouanant leurs auteurs déracinés, devenus incultes à cause du pays d'accueil qui semblent les rejeter ou des familles elles-mêmes acculturées.
Martine Aubry a tenu ces propos quand elle était ministre : "Peu ou pas socialisés, sans structure mentale ou affective, ces jeunes adolescents n'ont souvent pour seuls réflexes que la violence. N'ayant plus de repères ou de normes, ils ne savent pas ce que signifie le passage à l'acte".

Il en est aussi des livres publiés en toute bonne fois, ils ne sont pas indépendants du contexte dans lequel ils sont sortis et de l'usage que leurs lecteurs peuvent en faire. Lagrange a commencé à travailler à écrire son livre, qu'il ne voulait pas polémique en 1998, il ne pouvait pas imaginer les conditions de sa réception ? Il a été récupéré par la droite, au moment où Sarkozy lançait à Grenoble son discours sécuritaire.

http://medias.francetv.fr/cpbibl/url_images/2010/08/08/image_64353857.jpg

Les français rechigne à ce genre de débat qui dérape souvent. Pour le moment ils rejettent les statistiques ethniques, alors que les républicains prônent l'égalité entre les citoyens.
A l'inverse les pays anglo-saxons qui sont pour le communautarisme, parle facilement de culture et ethnicité. En France toute différence entre les peuples est une discrimination. Les langues se délient donc quand un ouvrage sérieux d'un sociologue, et qui plus est de gauche, abordent ces questions, impuissants que nous sommes devant cette crise économique qui n'en finit pas. La diversion de la droite médiatisant l'insécurité est entretenu par les amis de la gauche eux--mêmes.

En outre les français se sont efforcés à déracialiser la culture des populations, pour ne pas retomber dans les débats polémiques de la colonisation, ni de l'anthropologie traditionnelle française imprégnée par le colonialisme.

http://observers.france24.com/files/images/rom4.jpg

Le débat sur l'insécurité a été doublement lancé avec les reconduites systématiques des Roms ("en priorité" dixit la circulaire d'Hortefeux déjà condamné pour propos racistes) dans leur pays d'origine ou la distinction par Sarkozy entre les français de souche et ceux d'origine étrangère, à la suite du meurtre d'un policier par un "mauvais français" (dixit Eric Besson qui emploie sans vergogne ce vocabulaire que l'on croyait réservé aux Vichystes) ; en outre, le gouvernement a présenté une loi au parlement, durcissant le sort des immigrés après avoir scellé le sort de la burqa. (En particulier ceux en situation irrégulière pour s'attirer les bonnes grâces en 2012 de la majorité de la population).

http://media.paperblog.fr/i/42/427046/fait-pen-tele-lelysee-communautarisme-blanc-L-1.jpeg
La majorité pense ainsi encore piquer des voix à l'extrême droite, comme en 2007 et par la sortie du livre d'un sociologue plutôt  classé à gauche, Hugues Lagrange, intitulé "le déni des cultures" (Éditions du Seuil), livre applaudi par la droite et rejeté par la gauche.

http://www.dijonscope.com/files/posts/5422-vote-des-immigres.jpg

Ce livre s'attaque à ce qui est considéré comme un tabou, à savoir que la culture des immigrés favoriserait leur délinquance. Les jeunes issus de l'Afrique sahélienne seraient sur-représentés dans la délinquance en France, à cause de ces "facteurs culturels".
Quels sont ces facteurs culturels ?

  • La polygamie,
  • la soumission des mères et leur déficit d'autonomie,
  • l'autoritarisme des pères (souvent absents)

sont les facteurs pris en compte par Hugues Lagrange, Directeur de recherche au CNRS, professeur à sciences po.

Son étude a porté sur le quartier du Val Fouré à Mantes-la-jolie et sur le 18ème arrondissement  de Paris.
Les facteurs culturels mis en avant dans le titre, la quatrième de couverture et l'introduction sont loin d'être les seuls critères déterminants dans l'apparition du phénomène de délinquance.
Les facteurs sociaux-économiques (le chômage, la pauvreté...) ne peuvent être passés sous silence.
Il concède cependant que les immigrés sont mal accueillis par la France.

http://www.arretsurimages.net/media/article/s34/id3363/original.30044.demi.jpghttp://www.francesoir.fr/sites/default/files/imagecache/article_image/hugues-lagrange-deni-des-cultures-immigration-banlieue-delinquance-echec-scolaire_0.jpg

Un tableau statistique montre que le taux de réussite en sixième ainsi que le taux de verbalisation pour infraction est corrélé avec le chômage du père de famille ( Ce taux est de 51 %pour un enfant de chômeur, de 61 % pour un enfant d'employé , et de 71  % pour un enfant de cadre ou de profession libérale).

Le taux de chômage est-il moins pertinent que la polygamie pour expliquer la réussite scolaire ?

La corrélation n'est-elle pas différente de la causalité ?
(Voir à ce sujet les études sur le saturnisme qui frappait à 90 %, à Paris, les enfants des familles subsahariennes ; l'explication s'est révélé être politique alors que des causes culturelles avaient été évoquées).

http://www.mediapart.fr/files/La%20r%C3%A9daction%20Mediapart/Clandestins_Crotone_2.jpg

Quand Lagrange utilise les indicateurs de délinquance de la police, de quelle délinquance est-il question quand on sait que la plupart des contrôles policiers sont réalisés au faciès ?
Une étude a montré que, les noirs par exemple, ont six fois plus de risques d'être contrôlés que les blancs. Le sociologue montre là les limites de sa méthodologie, de même lorsqu'il généralise à toute l'Afrique du Sahel la population des quartiers qu'il étudie...

Hugues Lagrange a mené un étude sociologique dont on peut contester la méthodologie, il a été récupéré contre son gré, mais n'a pas voulu différer pour autant la sortie de son livre (d'ailleurs le pouvait-il ?). Ce n'est pas une raison pour lui tomber dessus, de participer à un lynchage médiatique, de crier haro sur le baudet, mais il faut cependant apporter une critique constructive et non seulement politique à ce travail.
Les travaux d'Hugues Lagange pour être d'emblée discrédité sont taxés de "culturalisme" voir de" multiculturalisme" (on sait que l'on cherche à dévaloriser une idée en utilisant des termes en "isme" comme "les droits de l'hommisme"), alors qu'il n'a fait qu'introduire une variable culturelle parmi les autres, dont les variables sociales qu''il n'ignorent pas, pour améliorer l'accueil des étrangers et orienter les politiques d'intégration des immigrés qui seraient rendus plus difficiles dans les grandes fratries notamment  et dans les populations sahéliennes où la différence d'âge entre la mère et le père fait, entre autres facteurs, que celle-ci serait plus effacée et interviendrait moins dans l'éducation de ses enfants que d'autres populations et Hugues Lagrange appelle de ces vœux une politique d'immigration qui tiennent compte de ces facteurs culturels non pas pour stigmatiser ces familles mais pour leur venir en aide en vue d'un intégration plus réussie.
Il est pour favoriser les métissages, des politiques spécifiques qui tiennent compte des différences entre les groupes, même s'il sait qu'il est bien difficile de parler de ces questions après l'holocauste dont ont été victimes les juifs qui ne pratiquaient pas une religion majoritaire dans les pays de la diaspora.

http://oceanworld.tamu.edu/resources/environment-book/Images/sahel.jpg

Certes il a conscience que l'opposition entre Sahel et Forêt est simpliste et grossière, mais il n'y a pas de statistiques plus fines.
Cela n'a pas empêché Emmanuel Todd, dans son livre "Le rendez-vous des civilisations" de relever que partout dans le monde les taux de fécondité se sont effondrés autour de 2 enfants par femme, partout, sauf au sahel où il reste à 7 enfants , tandis qu'il est à 4 sur les côtes africaines (ce qu'il appelle aussi le golfe de Guinée qui comprend le Bénin , la Côte d'ivoire, etc..).
Il pense également que les interactions avec la société française des émigrés sur lesquels il a fait porter son étude, sont faibles. Les institutions publiques sont même absentes dans ces quartiers  où la ségrégation sévit y compris dans les écoles.

http://photo.parismatch.com/media/photos2/2.-photos-people/politique/carla-bruni-ecole/1127015-1-fre-FR/Carla-Bruni-ecole_galleryphoto_paysage_std.jpg

Avec ces politiques spécifiques, il pense que l'on assisterait pas dans ces quartiers aux affrontements actuels.

La polygamie est davantage polémique tant elle est difficile à prouver et elle tombe sur le coup de la loi, puisqu'elle a été interdite en1993.
Elle est évaluée entre 10 et 30 000 polygames que ne repèrent pas nos institutions pourtant capables de dire quel est le père d'un enfant (CAF...). Elle pose cependant un vrai problème de fratries larges , d'irresponsabilités des parents même si ce problème épineux reste marginal et souvent ignoré au nom de la non immixtion dans les affaires de la famille. Peut-être, sommes-nous tolérants, avec ces multiples femmes pour un seul homme qui aurait de nombreuses maitresses à son tableau de chasse.( Notre président n'a-t-il pas eu 3 femmes après des divorces successifs, le peuple italien est également indulgent avec Berlusconi qui a été pourtant montré avec de nombreuses prostituées qu'il promeut souvent au sein de son administration).
Le machisme n'est pas l'apanage du Sahel, même s'il peut prendre des formes légales et plus civilisées. Encore la supériorité des occidentaux !
Et les Français ne sont pas plus d'accord avec la politique d'exclusion qu'avec la culture de la solidarité ? Réponse en 2012, pas avant.
Les foules ne vont pas se mobiliser pour mieux accueillir leur frère sahélien à leur maigre festin.