Les affaires et la légion d'honneur épinglée par M. Woerth.

Les principaux protagonistes de l'affaire Bettencourt-Woerth :

- Liliane Bettencourt, l'héritière de l'empire L'Oréal,
- son désormais célèbre gestionnaire de fortune, Patrice de Maistre,
- le ministre Eric Woerth et sa femme, Florence,
- le procureur Philippe Courroye,
- le président de la République, Nicolas Sarkozy
- la fille de Liliane Bettencourt : Françoise Meyers
- l'avocat de cette fille est maitre Metzner
- l'avocat de la mère est maître Kiejmann
- l'artiste-photographe, protégé de Mme Bettencourt : Jean-Marie Banier (qui a reçu de nombreux cadeaux de Mme Bettencourt qui en avait fait un héritier de sa fortune).
- Claire Thibout, la comptable des époux Bettencourt.

Il semble que le brasier Woerth ait été éteint. Les média et les politiques ne s'y intéressent plus.

http://www.lexpress.fr/medias/1023/524136_french-budget-minister-woerth-and-his-wife-florence-attend-the-qatar-prix-de-l-arc-de-triomphe-at-the-longchamp-horse-racetrack-near-paris.jpg

Les époux Woerth au Grand Prix de l’Arc de Triomphe photo Reuters

Raison de plus pour se rafraichir la mémoire et de faire le point, d'en tirer une morale. D'autant que la vie des riches m'intéresse et celle de Mme Bettencourt particulièrement tant elle me paraît exemplaire dans toutes ses ramifications.

Liliane Bettencourt a été auditionnée lundi 26 juillet.

Mme Liliane Bettencourt

Merci Me Metzner qui donna les écoutes du domestique de la riche héritière à Médiapart qui en fit un usage fracassant avant que nous en revenions à la sécurité qui permit à la droite de se faire élire. J'ai retenu 3 affaires ; d'abord celle qui a déclenché tout et qui se voulait très discrète au départ puis la 2ème,celle du CAC 40 et des paradis fiscaux et enfin celle qui dépeint le mieux le système politique français

  1. Affaire Bettencourt, une histoire de famille.
    La fille  a trouvé que sa mère (87 ans) perdait les pédales. Elle serait trop généreuse avec son artiste-photographe.La fille se sentirait déshéritée au profit de cet étranger à la famille

    http://www.france-info.com/local/cache-vignettes/L900xH673/bet900-aa4d9.jpg
    Mme Bettencourt et sa fille

    L'avocat de cette fille est maitre Metzner tandis que celui de la mère est maitre Kiejman. Ces 2 avocats se sont échangés des mots doux au point que le premier a attaqué Me Kiejman en diffamation. Où est la nécessaire sérénité de la justice Cette affaire a été renvoyée par la présidente du tribunal de Nanterre. Elle a demandé un supplément d'information. Le parquet a fait appel.

    http://photo.parismatch.com/media/photos2/actu/societe/bettencourt-et-banier-en-2004/1892609-1-fre-FR/Bettencourt-et-Banier-en-2004_articlephoto.jpg

    Mme Bettencourt et son coquin de photographe (La Lady & le Dandy )

  2. Affaire de fraude fiscale de Mme Bettencourt qui aurait oublié de déclarer au fisc, dans le cadre de l'ISF, qu'elle possède une île (l'ile d'Arros aux Seychelles) et deux comptes en Suisse non déclarés (alors que Éric Woerth venait de lancer une campagne contre l'évasion fiscale, en cherchant à faire revenir les fortunes  placées  en Suisse. Il détiendrait une liste de personnes ayant un compte en Suisse et leur demande gentillement de rapatrier leur capitaux et qu'alors aucune poursuite ne sera entreprise contre eux.).
    La fortune de Mme Bettencourt est estimée à 16 Milliards d'euros. Elle a bénéficié du "bouclier fiscal" et l'administration fiscale lui a fait un chèque de 30 millions d'euros en 2008. Tout ceci est légal.
    Elle se présente comme une des premières contribuables de France (Ses évasions fiscales veulent apparaitre comme pesant peu au regard de ce qu'elle a laissé à l'état ces dernières années).
    Elle dit avoir laissé au fisc 400 millions d'euros sur 10 ans, soit en moyenne 40 millions d'euros par an. Pour le commun des mortels, la somme est immense. En la rendant publique, les conseillers de Liliane Bettencourt espéraient convaincre que cette évasion fiscale reconnue n'était que broutille. Qui pourrait en douter de la part d'une personne qui verse sans sourciller au fisc une somme qui pourrait faire vivre 31.583 smicards pendant un an?

    Elle vient d'annoncer après ces révélations qu'elle allait régulariser sa situation vis à vis du fisc avec sa collaboration.

    Elle n'est plus que la 3ème fortune de France. A ce titre elle devrait pourtant intéresser le fisc, mais celui-ci la laisse tranquille depuis la mort de son mari qui était un homme politique de droite, qui a été ministre des affaires étrangères (sous Giscard, je crois).

Bernard Arnault, première fortune française

3. - Affaire Woerth (les conflits d'intérêts d'un ministre stratégique de Sarkozy, en même temps trésorier du principal parti de la majorité du président Sarkozy.):
l'ancien ministre du budget jusqu'en mars 2010, (devenu depuis ministre du travail, en charge de négocier la réforme des retraites avec les syndicats) est en même temps trésorier de l'UMP, et ce depuis belle lurette. Les socialistes n'étaient pas trop montés au créneau pour dénoncer cet état de fait. Mais depuis peu, Mme Woerth est entrée au Conseil de surveillance d'Hermés. (Encore une qui cumule les jetons de présence).
Il aurait aider sa femme à se faire embaucher
(ce que conteste M. De Maistre, le dirigeant de cette société) par la société Clymène qui gère la fortune de madame Bettencourt ( Mme Woerth n'aurait été chargée au sein de cette société que de placer intelligemment les dividendes que Mme Bettencourt reçoit de l'Oréal dont elle détient une grande part des actions) qui accessoirement lui suggère comment payer moins d'impôt (comment contourner le fisc) sur lequel son mari a autorité. Mme Woerth a démissionné de cette société de gestion de fortune.
On le soupçonne de "conflit d'intérêt
", le parquet (par le procureur sarkoziste et néanmoins impartial, Courroye, procureur au tribunal de Nanterre a été chargé de l'enquête. Un juge d'instruction n'a pas été choisi pour instruire cette affaire (N.Sarkozy qui veut supprimer ce juge de la procédure pénale, est cohérent).

http://20zgondes.20minutes-blogs.fr/media/00/02/2146433954.jpg

En outre, M. Woerth  a été soupçonné d'avoir bradé une parcelle de la forêt de Compiègne avec son hippodrome vendue par l'État (bradée disent les détracteurs) à une société de courses (celle de Compiègne qui était déjà locataire de l'hippodrome). Certes les Woerth fréquentaient les champs de courses de Chantilly (M.Woerth était le maire de la ville de Chantilly) et Mme Woerth a créé  sa propre écurie appelée Dam's, ouverte exclusivement aux femmes;
Accessoirement les Woerth se sont connus sur les bancs d'HEC.
Sans les écoutes enregistrées des conversations  de Mme Bettencourt  par un de ses domestiques indélicat et révélées le 16 juin 2010, par le site d'informations MEDIAPART créé par Edwy Plénel, ancien directeur du Journal Le Monde, ces informations concernant les relations de la  3ème fortune de France avec les époux Woerth, n'auraient pas été connues des citoyens français.

http://www.peuples.net/dotclear/public/Photos/2010/06_2010/mediapart.jpg

Ces écoutes ont été versées aux débats du procès pénal qui oppose Mme Bettencourt (parte civile) et sa fille qui a porté plainte contre M. François-Marie Banier.
Mme Françoise Meyers  (fille de Mme Bettencourt) accuse celui-ci, photographe et écrivain, ami de 40 ans, âgé de 62 ans, d'avoir profité des largesses de sa mère. Il aurait obtenu plus d'un milliard d'euros de dons.
Mme Bettencourt détient 33% des actions de l'Oréal dont elle conserve l'usufruit depuis la mort de son mari en 2007. Ces actions détenues par sa holding de gestion, la société Téthis dont le Directeur général est Patrice de Maistre, lui rapporte 15 milliards.
Elle habite à Neuilly (dont on a connu le maire) dans un hôtel particulier (c'est son droit).

Le soupçon de conflit d'intérêts est nourri par le fait qu'Éric Woerth (qui préside une Association qui soutient son action)  ait été reçu à la table de Mme Liliane Bettencourt, le 23 janvier, ce qui était tout à fait légal. sept jours auparavant, M.Woerth avait remis la légion d'honneur à Patrice de Maistre, alors qu'il avait toujours nié connaitre ce Monsieur.

http://4.bp.blogspot.com/_ZOTNU7fWM_Y/TEcsYUoVkxI/AAAAAAAADJE/k7qaxmHvark/s1600/maistre-woerth.jpg

Mme Woerth et son patron épinglé

Les enregistrements révèlent  qu'Eric Woerth et Patrice de Maistre se connaissent bien, que Mme Bettencourt, continuant de financer les amis politiques de son mari, a versé, sur les conseils de Monsieur De Maistre des sommes à Valérie Pécresse, à Éric Woerth (qui préside une Association qui soutien son action) et à Nicolas Sarkozy, président de l'UMP.

4. - Le financement des partis et de la  campagne électorale du Président Sarkozy.

L'ex-comptable de Liliane Bettencourt, Claire Thibout, accuse à nouveau le gestionnaire de la fortune de l'héritière de l'Oréal, Patrice de Maistre d'avoir versé 150 000 euros à Eric Woerth pour financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, dans un entretien exclusif à Complément d'enquête diffusé lundi sur France 2.

La dimension politique de l'affaire Woerth-Bettencourt.
Il convient de l'appeler comme cela,  tant les ramifications sont nombreuses dans cette affaire que le journal "Le Monde" n'a daigné l'appeler "L'affaire Bettencourt" que le 1er juillet, soit 15 jours après la divulgation d'une partie des écoutes par Médiapart.
Il s'agit donc d'abord d'une affaire judiciaire et d'une affaire médiatique à laquelle les politiques ont réagi.
Les premiers  à réagir furent Arnaud Montebourg et Mme Joly. Le premier, dés samedi 19 juin, réclamait la démission d'Éric Woerth, au motif que son maintien au gouvernement, empêcherait la vérité d'éclater : "Nous avons un ministre du budget dont en même temps trésorier de l'UMP, dont la femme travaille à organiser la fraude fiscale de Mme Bettencourt;" a-t-il déclaré. Le PS a été officiellement plus prudent en, déclarant par l'intermédiaire de son Président de la commission des finances, Jérôme Cahuzac "Eric Woerth est ,je crois, un honnête homme...Il n'y a ni affaire Bettencourt ni affaire Woerth, pour l'instant en tout cas.".

Eva Joly  

Eva Joly est présidente de la commission du développement du Parlement européen. Elle travaille donc à ce titre beaucoup sur les relations UE-Afrique ; elle est d’ailleurs également membre de la délégation UE-ACP.

Fidèle à ses engagements de longue date et à ceux de la campagne des européennes de 2009, elle suit le dossier de la bonne gouvernance fiscale et des paradis fiscaux, notamment au sein de la commission des affaires économiques et monétaires.

Elle est élue dans la région Île-de-France.

 De son côté Eva Joly, Député européenne Europe-Ecologie, ex. juge d'instruction financière, a demandé le départ de M. Woerth : "Il n'est pas extraordinaire de demander à un ministre d'être irréprochable."
Mardi 29 juin,c'est au tour de Ségolène Royal de s'exprimer au journal de 20 heures de TF1 :"le système Sarkozy est corrompu, dans n'importe quel autre pays, le ministre aurait été suspendu.".
Le mercredi 30 juin le PS devait présenter la constitution d'une commission d'enquête parlementaire  "visant à faire la lumière sur la gestion du dossier fiscal de Mme Bettencourt...".
Le  mardi matin à l'Elysée, au petit-déjeuner de la majorité, Nicolas Sakozy a appelé tous les responsables à serrer les rangs derrière le ministre du travail, pièce-maitresse de la réforme des retraites.(Il n'a pas pris position sur le fond). Il avait déjà manifesté  son soutien devant les journalistes, à la sortie du G20, le dimanche 27 juin : "Est-ce que maintiens ma confiance  à Éric Woerth ? Oui,totalement et complètement.".
Au même moment Dominique de Villepin, interrogé sur France-Inter a pris ses distances avec la majorité "je refuse la chasse à l'homme... il y a incompatibilité entre la fonction de ministre et de trésorier d'un parti.".
Dans la séance des questions au gouvernement, le mercredi, Élisabeth Guigou a parlé d'une possible "prise illégale d'intérêts" dans l'affaire Bettencourt.

Elisabeth Guigou, député (PS) de Seine-Saint-Denis

Elisabeth Guigou

François Bayrou n'est pas resté coi devant cette affaire.. Le patron du modem a jugé M.Woerth "affaibli" (pour négocier les retraites ?)... "N.Sarkozy a fait un projet politique qui consistait à marier des intérêts privés et celui de ,la politique.". (C'est exactement la définition de conflits d'intérêts).
Ces révélations quotidiennes, fondées ou non, sur le négociateur des retraites, affaiblissent aussi l'Élysée et le régime (la cote de confiance du président de la République n'a jamais été aussi basse). Eric Woerth va être amené à démissionner de son poste de trésorier de l'UMP.(C'est,sans l'avouer une manière de reconnaitre effectivement le conflit d'intérêts. Mais avec retard et après maintes polémiques qui auraient pu éviter la tourmente dans laquelle Éric Woerth a été pris).

Les conflits d'intérêts ont touchés d'autres membres du gouvernement,

Bernard Laporte, accusé de confondre la propriété de casinos, le sport et la politique. Bernard Laporte a fait l'objet de plusieurs procédures quand il a exercé sa profession de ministre. En 2008 le parquet a classé une affaire de conflit d'intérêt le concernant. Autres ministres impliqués :
Bernard Kouchner dont la femme Christine Ockrent, journaliste a  été nommée Directrice générale de France 24 ;
Nathalie Kosciusko Morizet (MKN pour les intimes) nommée Secrétaire d'État à la Prospective et au développement de l'Économie numérique, après s'être vu attribuer le poste de secrétaire d'État à l'écologie et dont le frère dirige un site "PriceMinister" et est président de l'Association pour le commerce et les services en ligne.

Fichier:UMP meeting Paris regional elections 2010-03-17 n03.jpg

Nathalie Kosciusko Morizet

Outre cette affaire Woerth, sur laquelle, finalement Nicolas Sarkozy est intervenu à la télévision, confirmant le maintien de sa confiance à Eric Woerth, le président de la république a annoncé des mesures visant à réduire le train de vie des ministres. Il a, par ailleurs, confirmé la démission de Christian Blanc qui a laissé à l'État une grosse ardoise de gros cigares dont il ne pouvait pas se passer. Certes, il a bien essayé d'en payer quelques uns de sa poche, rien n'y a fait. A présenté aussi sa démission, Alain Joyandet, l'ex. Ministre de la coopération qui a emprunté un avion de la République pour se rendre à une conférence qui se tenait outre-mer. Quant à Rama Yade qui a reproché son train de vie à l'équipe de France de football, elle ne peut dormir que dans des lits à baldaquin.

Quel que soit le soutien apporté à Eric Woerth par Nicolas Sarkozy, les révélations quotidiennes  le concernant ainsi que les frasques de certains de ses ministres commencent à rejaillir sur lui, le président de cette République bananière. Woerth devrait être définitivement blanchi grâce à la saisine de l'inspection générale des finances par l'actuel ministre du budget, François Baroin, dont les conclusions ne devraient pas faire de doute.

Loin de moi l'idée de vouloir retracer cette passe d'armes entre un gouvernement de droite et une opposition de gauche qui jouent leur rôle dans notre démocratie où "un honnête ministre, respectueux de la légalité doit tous les jours  répondre d'un scandale qui indigne une opposition révulsée.
Sarkozy a beau jeu de dénoncer les "parangons de vertu" que serait la gauche quand Pierre Bergé a financé l'association loi de1901  "Désirs d'avenir" et non la campagne de Ségolène Royal et va racheté Le Monde.

http://www.lepoint.fr/content/system/media/6/20081127/photo_1227804392357-1-0.jpg

Non, il s'agit d'une affaire de morale. Sarkozy et son clan et ceux qui ont cru en son discours libéral (enterrant les acquis de mai 68, valorisant le travail d'esclaves consentant) défend sans complexe le pouvoir des riches tandis que les miettes des pauvres se réduisent sous les coups de la rigueur imposée pour faire plaisir aux banques et aux marchés qui n'ont jamais été si florissants.

On voit que les conflits d'intérêts sont légions et concerne et aussi la gauche qui les avaient jusqu'ici bien accepté.
La gauche pratique aussi le cumul des mandats locaux et nationaux (un même élu peut être écartelé par un projet d'intérêt national et inacceptable localement). Elle pratique le "pantouflage" qui consiste pour une personne public à aller faire un tour dans le privé où elle fait bénéficier ses nouveaux amis de ses connaissances des affaires publiques qui pourraient avoir une influence sur la sphère privée dans laquelle cette personne évolue maintenant (n'est-ce pas Mme Aubry et M. Huchon qui pantoufla chez Perrier et bien d'autres.)

http://simca80.typepad.fr/.a/6a00d83454579d69e201157120cfe2970c-800wi

Martine Aubry que Gandois nomma en 1989 directeur général adjoint de Péchiney avant que celle-ci ne rejoigne le gouvernement. Alors dénonçons cette république corrompue mais faisons-le à titre personnel.

La droite a bien compris l'intérêt qu'il y avait à se placer sur ce terrain moral pour avancer masquée. Les ministres dépensiers sont tancés, ceux qui mettent le doigt dans la confiture et qui ne peuvent le cacher sont débarqués, il existe maintenant une commission de déontologie. On ne peut pas demander aux femmes d'arrêter de travailler ou de faire HEC. Elle n'ont pas besoin de leur mari pour trouver du travail. elles sont assez autonomes pour cela.
En se plaçant sur le terrain idéologique, on démasque la droite. Cela ne demande pas un effort si grand tant cette droite est décomplexée quitte à ce comporter comme en terrain conquis.

PS - D'après Lutte Ouvrière (Ce qui suit) :

Jean-Paul Huchon, qui vient de remporter les élections régionales en Île-de-France contre son rival de droite, Jean-François Copé, est un énarque et, comme beaucoup d'énarques, il est passé d'emplois publics à des emplois privés. Dans le jargon du journalisme politique, cela s'appelle « pantoufler ».

C'est en 1981 qu'il est entré dans l'équipe gouvernementale, en qualité de chef du cabinet de Rocard, alors ministre d'État chargé du Plan, puis de l'Agriculture.

En 1985, il quitte les cabinets ministériels et devient directeur général de la Caisse nationale du Crédit Agricole, puis conseiller du Président. En 1987, il devient directeur général adjoint du groupe agro-alimentaire EXOR.

En 1988, retour aux fonctions politiques: il quitte le privé pour devenir directeur de cabinet de Michel Rocard, alors Premier ministre. Il le restera jusqu'en 1991 et quittera cette fonction quand Rocard quittera lui-même Matignon.

Retour aux affaires... Le voilà en 1991 directeur général chargé du développement national, international et des affaires financières du groupe Printemps. L'année suivante, il devient carrément directeur général, puis conseiller du président de Pinault-Printemps. Et cela jusqu'en 1994.

En 1995, toujours dans le privé, il change de job et se retrouve vice-président, directeur général du cabinet Progress, SCA, puis Président de Progress-Associés, un cabinet de recrutement. Il y est toujours même si entre-temps, en 1998, il a été élu en tant que socialiste au Conseil régional d'Île-de-France dont il a été élu président. C'est décidément une fonction qu'il affectionne.

Aujourd'hui, gardant toujours deux fers au feu, Huchon est parti pour être toujours président socialiste du Conseil régional d'Ile-de-France... et il est encore président du cabinet Progress-Associés.

Non seulement il a « pantouflé » mais aujourd'hui il cumule et les fonctions et les salaires.

Jean-Paul Huchon fut également accusé devant le tribunal correctionnel de Paris, de "prise illégale d'intérêt".
Il en fut blanchi.
Son épouse, Dominique Le Texier-Huchon, n'a jamais dit à son mari que pendant le Festival de Cannes 2002, elle était salariée par une société pour le compte du conseil régional, que préside Jean-Paul Huchon (PS). Et à les croire, il faudrait être pervers pour y voir, une possible « prise illégale d'intérêt », c'est-à-dire un certain favoritisme .

2 septembre 2010 rebondissements dans l'affaire Bettencourt-Woerth

Après avoir, par omission , entretenu la confusion concernant les faits, a admis avoir écrit une lettre en mars 2007 à M. Sarkozy, alors ministre de l'intérieur 'alors candidat à la présidence de la République, en faveur de M.de Maistre, demandeur de la légion d'honneur, gestionnaire de la fortune de Mme Bettencourt et employeur de Mme Woerth.
Les policiers-enquêteurs pour le compte de la brigade financière sont soupçonneux quant à l'enchainement des faits :
- 12 mars 2007 : lettre de recommandation ( à l'en-tête de l'Association pour la campagne de M.Sarkozy pour une issue positive à la demande de décoration de M.de Maistre, de la main de M. Woerth, adressée à M. Sakozy, le ministre de l'intérieur de l'époque, par ailleurs candidat à la présidence de la République
- puis il demande à M.de Maistre (selon les déclarations de celui-ci) de recevoir sa femme pour évoquer avec elle son avenir professionnel.
Celle-ci finira par être embauchée à l'automne 2007.
Il semblerait que M. De Maistre ait fini par céder pour être aimable au camp que soutient Mme Bettencourt (Celle-ci al 'habitude de distribuer des chèques à la Droite : même Valérie Pécesse, considérée comme n'ayant aucune chance pour les élections de la Région "Ile de France" où elle se présentait comme tête de liste, a bénéficié du soutien de la riche héritière)

- janvier 2008, M. de Maistre se voit remettre la légion d'honneur par Eric Woerth.

Cet enchainement des faits pourraient révélé un trafic d'influence de la part de M. Woerth aux yeux des policiers qui n'oublient pas que  Claire Guibout l'ex comptable de Mme Bettencourt leur a déclaré que M. De Maistre a remis des espèces à Eric Woerth pour financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.
En tout état de cause, M.Woerth est affaibli par cette nouvelle révélation. Le PS et les syndicats demandent sa démission et il n'apparait plus en mesure de défendre la réforme des retraites au parlement, la semaine qui vient, et contre laquelle une grève a été lancée mardi 7 septembre par les syndicats unis.

Le JDD publient deux lettres de remerciements à Eric Woerth pour l'obtention de la Légion d'Honneur. Voici un extrait de la dépêche AFP qui relate cette publication :
"Deux lettres de remerciements de Patrice de Maistre à l'actuel ministre du Travail Eric Woerth, qui a reconnu jeudi être intervenu pour l'attribution de la Légion d'honneur au gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, ont été saisies par les enquêteurs, assure samedi le JDD.

Le premier courrier, daté de juin 2007, est un message manuscrit dans lequel l'homme d'affaire s'adresse à Eric Woerth, alors ministre du Budget en l'appelant "cher Eric" et le "remercie" de "son soutien" pour l'obtention de la décoration, selon la même source".
©  2010   AFP