Ce sont des figures de style utilisées souvent en poésie et que vous pouvez employer  dans la conversation courante, pour l'agrémenter.

Allitération : répétition d'une sonorité (mêmes sons de consonne-s) au sein d'une phrase ou d'un vers.

  • Exemple : Vers de Racine dans Andromaque (acte V, scène 5):
    "Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? ".

Oreste, protagoniste du drame, a poursuivi sans succès Hermione de son amour. Ambassadeur des Grecs auprès de Pyrrhus, il a sacrifié sa mission officielle, celle de ramener Astyanax pour éteindre les derniers feux de la guerre de Troie, à sa passion pour la fille d’Hélène. Même, véritable jouet entre les mains de celle qu’il aime, aveuglé par ses sentiments, il a accepté d’assassiner un ami et un hôte royal. Il est venu chercher le salaire de son crime, la main d’Hermione ; mais cette dernière, blessée dans son affection, vient de le chasser.

Assonance : répétition d'une même voyelle accentuée à la fin de plusieurs vers ou  phrases ou dans une même phrase ou un même vers.

  • Exemple dans 2 vers, rime réduite à l'identité d'une même voyelle comme
    tondre et ombre ou bien peindre et teindre.
    ---------------------------------
  • Autres exemples d'allitération ou d'assonance

    1. Allitération utilisée pour améliorer la prononciation d'une phrase chez un comédien ou en orthophonie

Saucisson Sec Saucisson Sec Saucisson sec Cordon Rouge (VP01)Saucisson Sec Saucisson Sec Saucisson Sec

" Combien sont ces six saucissons-ci ?

2.    2ème exemple d'allitération :

"Trois tortues trottaient sur trois toits étroits."


3.          Exemple d'assonance :

Vers de Baudelaire dans le poème :

À UNE PASSANTE

"La rue assourdissante autour de moi hurlait.
Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,
Une femme passa, d'une main fastueuse
Soulevant, balançant le feston et l'ourlet ;

Agile et noble, avec sa jambe de statue.
Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,
Dans son oeil, ciel livide où germe l'ouragan,
La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.

Un éclair... puis la nuit ! - Fugitive beauté
Dont le regard m'a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l'éternité ?

Ailleurs, bien loin d'ici ! trop tard ! jamais peut-être !
Car j'ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
Ô toi que j'eusse aimée, ô toi qui le savais !


Charles BAUDELAIRE (1821-1867)
(Les fleurs du mal)

 Petite chanson d'antan, chanté par le père de Geneviève à son petit-fils :

Buvons un coup
Ma serpette est perdue
Met le manche,
Mais le manche
Buvons un coup
Ma serpette est perdue
Mais le manche est revenu

Recommencez en changeant le son u par a, puis recommencez une nouvelle fois en remplaçant le son de la voyelle a par o, puis par une autre voyelle, puis une autre...
Jusqu'à épuisement.