Paris a surtout été peinte par les impressionnistes dans le seconde moitié du 19ème siècle. C'est à cette époque, sous le second empire que la  capitale subit le plus de transformations. La ville se modernise et rayonne dans le monde, témoins, les expositions universelles, les monuments qui restent dans les souvenirs des touristes qui commencent à se bousculer pour admirer les traces de ce passé glorieux. Cette modernisation s'accompagnent de fumées des vapeurs et de bruits que les parisiens commencent à fuir et découvrent les villes d'eau, les jeux et la mer des rivages normands. Les peintres impressionnistes qui veulent transmettre leurs impressions du réel qui les entourent (de ce modernisme qu'ils critiquent parfois), sortent de leur atelier et sont les témoins de cette métamorphose de Paris.
C'est au travers de leurs tableaux que nous aurons un aperçu de ces transformations qui touchent non seulement l'urbanisme, mais aussi la peinture elle-même.

Saint-Germain-l'Auxerrois

Saint-germain-l'Auxerrois - Claude  Monet (1967)

 

Le boulevard des Capucines

Le boulevard des capucines - Monet (1873)

Les parisiens se promènent sur les grands boulevards qui ont été percés sous Napoléon III (qui se voulait moderne), par le baron Haussmann.

"Monet rend le flot incessant des passants et des équipages sur ce boulevard à la mode dans une écriture vibrante, aérienne, lumineuse. Devant cette toile, l'œil saisit un tout sans s'arrêter aux détails". (C. Heinrich, Monet, Taschen, 2005)

Paris s'adapte à la révolution industrielle symbolisée par les chemins de fer. Les grandes gares parisiennes sont bâties à cette époque.

 

La gare Saint-Lazare

La gare Saint-Lazare - Claude Monet (1877)

Cette gare inspira Claude Monet qui en réalisera une série, peut-être ébranlé par cette architecture  de verre et de fer, transformant la lumière du jour.

"Monet a exposé cette année des intérieurs de gares superbes. On y entend le grondement des trains qui s'engouffrent, on y voit des débordements de fumée qui roulent sous de vastes hangars. Là est aujourd'hui la peinture [...]. Nos artistes doivent trouver la poésie des gares comme leurs pères ont trouvé celle des forêts et des fleuves."

 

Fête nationale à Parisla fête Nationale -Monet (1878)

Ville industrieuse où l'on travaille et se promène.
On sait aussi y célébrer la fête nationale ici peinte par Monet, rue Saint-Denis, d'un balcon, le 30 juin et non le 14 juillet. (En 1878, le ministère Dufaure avait fixé au 30 juin une fête parisienne en l’honneur de la République.
Le 21 mai 1880, Benjamin Raspail dépose une proposition de loi signée  par 64 députés, selon laquelle " la République adopte comme jour de fête nationale annuelle le 14 juillet ". L'Assemblée vote le texte dans ses séances des 21 mai et 8 juin ; le Sénat l'approuve dans ses séances des 27 et 29 juin 1880 à la majorité de 173 contre 64, après qu’une proposition en faveur du 4 août eut été refusée.
La loi est promulguée le 6 juillet 1880. Le ministre de l’intérieur prescrit aux préfets de veiller à ce que cette journée "soit célébrée avec autant d’éclat que le comportent les ressources locales ".)

 

Le bal

Bal du moulin de la galette peint par Renoir en 1876

Paris, traversée par la seine, est aussi célèbre par ses ponts et ses quais.

 

La Seine

Une vue de la Seine par le paysagiste hollandais, Jongkind, qui lui aussi, est arrivé à Paris, ville des peintres. Le tableau est intitulé simplement "La Seine"

Des ponts sous lesquels coulent la Seine qui inspira les impressionnistes

 

Le Pont NeufPonts de Paris

Le Pont Neuf peint par A.Renoir en 1872 et Pont de Paris du Douanier Rousseau avant qu'il s'adonne aux jungles exotiques. Dans ce Paris moderne Henri Rousseau n'oublie pas l'industrie et ses usines dont les hautes cheminées (aussi hautes que l'obélisque de la place de la concorde)  fument.

Le pont de la Grande Jatte :

 

Grande Jatte

"La Seine et le pont de la Grande Jatte" de Van Gogh (1887)

Les quais :

Le quai du Louvre

"Le quai du Louvre" Claude Monet (1867)

- La Tour Eiffel

La tour Eiffel

Georges SEURAT 1859-1891- "La Tour Eiffel"
- Huile sur bois 24 cm x 15 cm -   Peint en 1889

Monument de fer construit pour l'exposition universelle qui s'est tenue à paris en 1889, au  bout du champ de Mars au bord de la Seine. Cette tour sera sauvée de la démolition à laquelle elle était promise et symbolise aujourd'hui un Paris éternel.