Sur les 12 bateaux de son escadre, seul Ulysse, sans bateau ni équipage, rentrera vivant dans son pays. Il lui faudra alors affronter tous ses anciens amis, prétendants de Pénélope, pour retrouver son royaume.



Homère, dans son récit romanesque de l'Odyssée, est resté assez évasif sur les lieux géographiques qui ont vu les aventures d'Ulysse et ses compagnons.
Depuis l'antiquité, nombre d'historiens et de géographes ont essayé de reconnaître, à travers les indices donnés dans le poème, les sites géographiques pouvant correspondre aux descriptions d'Homère.
Les différentes interprétations de ces textes ont conduit à des hypothèses

"Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage" (Joachim Du Bellay).

Ulysse

Ulysse adolescent (1850) par Ingres Jean Auguste Dominique (1780 - 1867)

Nous nous intéresserons à Ulysse et à son épopée racontée par Homère (ou quelqu'un d'autre) tel qu'il apparaît dans l'Odysée qui raconte les embûches d'Ulysse retrouvant les siens dans son île natale d'Ithaque après la guerre de Troie qui a vu la victoire des grecs sur les troyens et à laquelle il a plus que contribué, cela malgré lui. Ce récit est celui du retour d'Ulysse, un voyage où Ulysse fait preuve de toute son humanité divine.
Homère complète ce récit de voyage par celui de la victoire sur les troyens, sur la manière dont cette victoire a été obtenue et sur le pillage et le carnage qui a suivi auquel Ulysse est resté étranger et qui a révolté les dieux qui chercheront à châtier leurs auteurs, les autres chefs grecs.

Ulysse naquit dans l'île d'Ithaque dont son père, Laërte époux d'Anticlée, était le roi. Ulysse descendait par sa mère d'Hermés dont il était le petit-fils.
Devenu adulte, il monta sur le trône d'Ithaque, à la suite de son père et jeta son dévolu, comme de nombreux autres prétendants sur la belle Hélène qui finalement épousa Ménélas (Voir article sur les Atrides). Pour obtenir ses faveurs Ulysse fit jurer à tous de venger Ménélas ou Hélène de tout outrage qui pourrait être commis à leur encontre.
Ulysse se maria donc avec Pénélope, la fille du roi Icarios. De cette union naquit leur seul fils, Télémaque.

Pénélope

Pénélope par Bouguereau.

La guerre de Troie commencera quelques années plus tard, quand le Prince troyen Pâris enlèvera la belle  Hélène à Ménélas.
A cause de son serment Ulysse sera contraint de rejoindre la coalition des rois grecs qui appareillerons pour un siège de 10 ans ponctué de nombreux combats où Ulysse se montra valeureux et diplomate, butant contre les remparts de Troie. Les grecs remporteront finalement la victoire grâce au célèbre cheval de bois que Ulysse a abandonné sur la plage. Curieux, les troyens font eux-mêmes rentrer ce cheval, véritable machine infernale dont les flancs sont remplis de soldats grecs qui massacrèrent jusqu'au dernier, les troyens endormis.

http://wordpress-tuto.fr/wp-content/uploads/2009/05/cheval-de-troie-500x375.jpg

Ce combat fut le dernier de cette guerre atroce, comme toutes les guerres, et à laquelle Ulysse a essayé d'échapper prétextant qu'il était malade.
Il dut partir loin des siens. Ulysse n'aspire qu'à retourner chez lui, à retrouver son île, sa femme et son fils, à rejoindre sa place au sein de sa famille, de son royaume et achever sa vie dans l'harmonie, comme les dieux souhaitent que règne l'harmonie sur cette terre, alors que la vie d'Ulysse commence par le chaos, par la guerre et ses atrocités, son éloignement, la longueur de cette guerre.
Mais les ennuis d'Ulysse ne font que commencer. Son voyage de retour, semé d'embûches et d'épreuves, va durer 10 années encore. l'harmonie qu'il recherche n'est pas donnée d'emblée, il faut la vouloir parfois au péril de sa vie.

Ulysse, retour à Ithaque : de Troie à l'île de la nymphe Calypso.
Les dieux bouleversés par la cruauté des vainqueurs grecs doivent les punir. Zeus, attendant que les grecs repartent chez eux, déclencha une tempête  qui les empêchera de rentrer .
Ulysse, magnanime dans la victoire, et qui ne participa pas aux massacres des troyens, fut moins touché et ne fit que dériver avec l'ensemble de sa flotte, et après avoir été ballotté par des vents contraires et des flots capricieux,  arriva jusqu'au pays des cyclopes, ces monstres à l'œil unique. L'un  de ces montres, qui étaient le fils de Poséidon et qui s'appelaient Polyphème, dévoraient ses compagnons. Ulysse pour l'empêcher de nuire davantage, lui creva l'œil et s'échappa avec ses marins.
Poséidon décida de venger son fils  et souleva de terribles tempêtes pour faire chavirer les navires. Ulysse dériva encore et parvint jusqu'en Sicile chez le roi Eole qui l'accueillit en refermant les vents violents dans une outre.

Puis il aborda une île où Circé le reçut à bras ouverts. Il l'a trouva si à son goût ou le voyage bien long, qu'il eut un fils avec elle, Télégonos.
Ses embûches ne s'arrêtèrent pas là car en reprenant le mer vers Ithaque, Ulysse se retrouva sur les rives de l'Hadès, ce fleuve des enfers, il évita les Sirènes et leurs chants envoûtant, s'écarta des roches, échappa à d'autres tempêtes, il s'échoua sur un radeau de planches finalement dans une des îles des Cyclades où il fut secourut par la nymphe Calypso.

File:Odysseus and Calypso.jpg

Jan Brueghel l'ancien - Caverne fantastique avec Ulysse et Calypso (1616)

Pour s'échapper, Ulysse ne va pas monter sur le bateau du célèbre commandant Cousteau à l'éternel bonnet rouge, commandant de la Calypso, bateau que commandait cet observateur contemporain de la faune marine, décédé, ancêtre donc du producteur du film "Océans", Jacques Perrin.

La sublime, ravissante  Calypso était une divinité de seconde zone qui tomba amoureuse de lui, devint sa maîtresse et décida de le retenir caché, encore malgré lui bien que l'île soit un véritable paradis au climat doux, verdoyant, peuplé abondamment d'animaux et d'arbre fruitiers. Les deux amants sont entourés de nymphes belles et serviables ; pourtant Ulysse ne pense, en pleurant, qu' à Ithaque, son point de départ auquel il aimerait revenir désespérément.
Par jalousie Athéna (elle n'a pas était choisie par le troyen Pâris, à l'instar d'Hélène) et voyant Ulysse, qu'elle a toujours soutenu, en butte à tant de tourments, elle demande à son père, Zeus de laisser Ulysse partir. Calypso, après une dernière proposition mirobolante pour le retenir (elle lui promet l'immortalité et une jeunesse éternel) s'avoue vaincue. Ulysse, en effet, décline contre tout attente son offre, pour accomplir sa vie réussie de mortel : être au plus près de ses racines et des siens sinon ce serait pour lui pire que la mort elle-même.
Ulysse ne veut pas d'une vie démesurée d'immortel, dénué de sens, même dans un lieu paradisiaque  qui l'éloignerait de son milieu naturel. Il préfère vivre une courte vie avec une femme qu'il aime, en acceptant la mort, vivre en accord avec ce qu'il est vraiment, en accord avec l'univers. Admirable leçon de sagesse que délivre ici Ulysse,pour les simples mortels que nous sommes tous , que "les philosophes reprendront pour nourrir les bases de leurs doctrines de "salut laïque" .
Cette "Leçon" écrite il y a plus de 3000 ans  nous parle encore et notre époque regorge de livres, de films, de scénarios, de peintures qui se sont emparés des thèmes éternels de la mythologie dont les mythes ont aussi inspiré les psychanalystes (Voir le mythe d'Oedipe).
Ainsi tout le monde a attendu parlé des "travaux d'hercule", de la guerre de Troie qui n'en finit pas, des voyages d'Ulysse (une revue de voyages du Groupe Télérama se nomme d'ailleurs "Ulysse"), d'autres mots ou expressions tirés de la mythologie enrichissent encore nos images aujourd'hui - Voir à ce sujet les articles qui y sont consacrés - telles ces expressions qui me reviennent et que j'ai oubliées de mentionner dans mon blog, mais cultivés comme vous êtes, grâce  à l'école laïque ou à d'autres lieux si la mythologie n'a pu vous être enseignée dans celui-là, vous aviez complétés  de vous-mêmes).
Pomme de Discorde
Une poire Belle Hélène
Cheval de Troie(...), n'est-ce-pas les informaticiens qui les combattent avec acharnement...
Le chant des sirènes
Jurer comme un charretier (épisode des douze travaux d'Hercule)
Monter en Amazone
Une minerve, un adonis, de la morphine, une Égérie, un amphitryon, une Harpie, une Furie, un aréopage...

Amusez-vous à en trouver d'autres les jours de pluie !
Ces expressions réhabilitent notre quotidien bien terne parfois.  Certaines restent endormies...Et ne demandent qu'à être réveillées.
Mais d'où vient cette modernité ?
Ne serait-ce pas que nous sont parvenus (des récits concrets  qui  concernent encore les humains que nous sommes, des humains qui se civilisent et donc se divinisent et des dieux mythologiques qui s' humanisent, qui nous ressemblent, qui ont aussi leurs faiblesses) quels que soient les progrès qu'on nous promet (comme dirait Prométhée).
Nos émotions et leur interdits qu'elles produisent sont éternels : l'amour (ses passions et ses peines), la mort (son inconnu), les amis, les amants, l'envie de tuer, désobéir, obéir, punir...On se raconta ces histoires pendant trois mille ans ; maintenant à l'heure du "Storytelling" (attention néologisme) pratiqué par nos politiques, ce sont les mêmes histoires fausses qu'on nous ressert réchauffées pour mieux nous endormir, pour mieux nous soumettre.

Vive les humanités, il n'y a pas que la micro-économie dans la vie. Il n'y a pas que ceux qui perdent leur vie à gagner des Rolleix et qui n'ont que d'autres joies que de l'exhiber.
Exhibitionniste toi-même qui cache sa Swatch !

Mais n'est pas Ulysse qui veut, la tentation est grande de répondre "oui" à la belle Calypso, surtout quand on n'a pas le support de la religion qui nous promet la vie éternelle, à condition de se tenir à carreau comme le bon père, d'autres obsédés promettent plein de vierges (je ne sais plus combien), d'autres promettent la réincarnation, bref la promesse de la vie éternelle a encore de beaux combats à mort devant elles.

Vive les mécréants ou les religieux qui doutèrent du discours des institutions.    
Vive les Lumières.

Dictionnaire de mythologie grecque et romaine Apprendre à vivre : Tome 2, La sagesse des mythesLe Monde d'Homère

 

L'Univers, les dieux, les hommes

J'ai été aidé par les ouvrages précédents. Que leurs auteurs soient ici remerciés :
Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine de Larousse par Joël Smidt
La sagesse des mythes de Luc Ferry chez PLON
L'univers, les dieux, les hommes de J-P Vernant collection Points
L'odyssée de Homère - Classiques abrégés à l'école des loisirs
L'Odyssée "poésie homérique tome I ((Chants 1à7)- Société d'éditions  "les Belles Lettres"1924