Le cours de Georges Lesvêque sur les formes  de la culture comporte aborde successivement : la technique, la science, l'art, la religion, la politique. Et si on commençait par l'art.

L'ART

La racine de ce mot est AR qui indique une idée d'arrangement, d'ordre, d'harmonie.
L'art est la production intelligente et désintéressée d'oeuvres belles. Intelligente parce que l'art est humain; Il n'y apas d'art de la nature. Désintéressé parce que le but de l'art n'est pas le profit; la fin première que poursuit l'artiste ce n'est pas de vendre. l'oeuvre d'art n'est pas destinée à être objet de commerce.

L'origine de l'art est le refus de souffrir. Le monde nous plaît ounous déplaît, nous éprouvons du plaisir ou de la douleur. Ce que nous demandons c'est le plaisir. Mais le plaisir humain ne dure pas, il est éphémère, si bien que la douleur a toujours son heure lorsque l'objet de notre plaisir a disparu. L'art a sa source dans le refus de la souffrance. Wagner écrivait : " Je ne comprends pas comment un homme vraimant heureux, pourrait avoir l'idée de faire de l'art. Si nous avions la vie éternelle, nous n'aurions pas besoin de l'art."

Tous les hommes fuient et combattent la douleur et tous ne sont pas des artistes. La plupart des gens pour combattre la douleur recherchent les objets qui leur procurent le plaisir. Mais comme il ne dure pas il faut sans cesse recommencer.
L'artiste propose un nouveau plaisir : le plaisir esthétique qui n'est pas le même que le plaisir sensuel. Le plaisir des sens est le plaisir intéressé de la consommation tandis que le plaisir esthétique est le plaisir désintéressé de la contemplation. Nous avons du plaisir quand une de nos tendances est satisfaite. Ceci est une jouissance intéressée. Quand on contemple un tableau on n'a pas envie de le consommer. On le regarde parce qu'il est lui-même. Le plaisir , ici, est donné gratuitement, il ne correspond pas à une tendance, il est donc désintéressé. " La beauté, un fruit qu'on regarde sans tendre la main " Simone Weil.

img_09921                                               mondrian_22                                    
L'artiste nous propose une oeuvre d'art. Un objet esthètique. Il ne se contente pas de copier la nature, mais il exprime un sentiment. On peut lire des intentions et les projets de l'artiste. Il reproduit l'émotion qu'il ressent à la vue de l'objet.
Le but de l'art est d'exprimer l'univers des sentiments et de leur donner une sorte d'éternité, d'immortalité. Les sentiments fixés dans une oeuvre échappe à la loi du temps.
L'expression de ces sentiments font la valeur de l'art et fonde la beauté.
Le Beau est tantôt défini, objectivement, comme étant une harmonie, une proportion entre les différentes parties de l'objet, un accord. Subjectivement, le beau est pris du côté de celui qui comtemple, il est défini comme une harmonie intérieure, une réconciliation avec le bas et le haut de l'homme. L'objet beau est un objet qui nous satisfait qui produit en nous une joie intérieure, une paix intérieure.

Pour créer une oeuvre d'art l'artiste donne, impose une forme à la matière. Chez l'artiste, il y a une part qui revient au métier et l'autre au génie. L'apprentissage du métier permet d'apprendre comment on peut donner une forme à la matière, par des règles, des exercices. Mais le génie ne se transmet pas, c'est un don.
L'art exprime le sentiment humain, mais il ne le supprime pas. Une tristesse peut être un objet esthétique dans un poême, mais le poême ne la supprime pas et on continue de souffrir. L'art éternise certains instants, l'artiste s'immortalise mais il disparaît quand même. Face à l'angoisse de la mort, l'art n'est pas la solution.

Est-ce la religion ? Vous le saurez au prochain numéro.